Browsing Tag

lifestyle

Bien-être, Lifestyle, Yoga

20 idées simples pour se sentir heureux(se)

19 October 2015

 

Le spleen de l’hiver qui arrive, la nostalgie des vacances, la tuile annuelle qui nous tombe dessus… Vous traînez un petit moral?

Ce qui est bien après une période un peu “down” c’est que l’on peut faire une liste de tout ce qui aide pour se sentir heureux. En vrac, et non classé par ordre d’efficacité (j’ai des limites à mon addiction aux listes)!

 

  • Se préparer de super petits-déjeuners
  • Relire Yoga for Life de Colleen Saidman et Tiny Beautiful Things de Cheryl Straiyed
  • Dormir sans réveil
  • Regarder des films qui font sourire, plus c’est niais, plus ça soulage
  • Prendre le temps de scroller la liste “animal” de Buzzfeed, surtout pour les corgis
  • Se plaindre
  • Aller à un cours de yoga, et de yin yoga si on se sent raplapla
  • Méditer 5 minutes par jour
  • Cuisiner des plats comfort food (Tomato soup, grilled cheese, beans)
  • Se prévoir un massage, ou une séance d’acupuncture
  • Acheter des chaussettes-chaussons et les porter au lit
  • Vivre avec une bouillotte
  • Se faire une playlist “C’était cool quand j’avais 17 ans” (pour moi Placebo, Marilyn Manson et Garbage)
  • Oser dire non, quand vous n’avez pas envie de vous faire violence
  • Se faire poser un masque à l’argile sur la peau, de l’huile de coco sur les cheveux, et se masser les mains
  • Mettre des marshmallow dans son chocolat chaud
  • Regarder Mean Girls et Clueless, encore
  • Faire des crêpes, même si ce n’est pas la Chandeleur
  • Tenir son carnet de gratitude, et écrire une pensée par jour

 

Se répéter que “tout finira par aller mieux”, et y croire.

 

 

Lifestyle

C’est l’automne, je pose mes valises.

26 September 2015

 

Je me faisais la réflexion en revenant à Londres, que je pouvais facilement compter les nuits chez moi depuis le mois de juin. Mes valises ne quittent plus l’entrée de ma maison, prêtes à être remplies. Depuis mon départ aux Etats-Unis en 2013, je ne fais littéralement que courir. Au début, il y a eu l’excuse d’avoir un visa limité à 18 mois, et de visiter le maximum de choses possibles en dehors du boulot. Toutes les journées “off” me semblait inutiles, voir culpabilisantes. Et pour couronner le tout, j’ai couru pour d’autres soucis perso entre New-York et Washington, parfois juste pour 4h dans la Grosse Pomme.

Ensuite, il a fallu réfléchir à l’après Etats-Unis, faire encore plein de recherches, choisir la nouvelle destination, se faire à l’idée que nous allions devenir Londoniens, et surtout déménager. Depuis mon arrivée à Londres, le rythme s’est intensifié, je passe au moins 1 semaine en dehors de chez moi.

Après 3 mois de course pour du boulot, et des choses perso, je n’ai jamais été aussi heureuse de rentrer chez moi, dans ma bulle, au calme. Le calme londonien m’avait manqué, les arbres, les parcs, les gens toujours aussi fous, les maisons bien alignées, l’ambiance de Camden le vendredi soir.

Et en voyant mon anniversaire approcher, ma première réaction a été “Il faut partir quelque part”. Mon cher et tendre m’a répondu un peu étonné qu’il aimerait arrêter de bouger, au moins un mois. J’ai réalisé qu’il fallait que je me force (et que je force les choses) à poser mes valises. Profiter de ma ville, de l’automne en Angleterre, de se promener, de ne plus courir : de prendre le temps.

DSCF0280

J’ai finalement prévu des choses que j’aime faire / j’ai envie de faire: booker des places pour des concerts, aller rendre visite à mon acupunctrice, voir des expos, boire un thé dans mon salon préféré, trouver des tickets pour un musical, continuer à apprendre une nouvelle langue, et tout simplement respirer.

L’automne est ma meilleure excuse pour m’obliger à me calmer. Après une période forcée (et moyennement agréable) d’emploi du temps frénétique, le corps et surtout l’esprit à besoin de retrouver des habitudes et un confort. Pour éviter de vivre dans le stress, il faut aussi réussir à dire “Je peux dormir ce matin, et me promener sans but toute la journée”.

 

Ce sentiment de passer à côté de sa vie quand on est pas en hyper mouvement se heurte parfois à des limites. Evidemment, je n’envisage pas ma vie au même endroit pour les 5 ans à venir, mais je me rend compte que méditer, faire du yoga, et courir sans cesse sont deux attitudes complètement paradoxales.

Ma bonne résolution de rentrée, c’est de prendre un peu plus le temps, et de ne plus courir sauf quand je n’ai pas le choix. De prendre soin de moi, de profiter de Londres, de continuer à me créer des habitudes. J’aimerais arrêter de gérer uniquement des urgences et essayer de me projeter un peu, et prendre plus de recul pour réfléchir aux choses.

IMG_1186

Pour donner le meilleur de soi même, il faut savoir canaliser son énergie, et se focaliser sur ce qui est important et surtout nous fait du bien, et accepter que ne pas courir sans cesse c’est aussi vivre sa vie.

 

Vos bonnes résolutions de rentrée, envie de calme ou de vous remettre à l’action?

 

Photos d’automne dans le Maryland, Virginie, et Montréal. crédit Biobeaubon.

Lifestyle

#AskMeAnything, je réponds à toutes vos questions

4 September 2015

Première édition du #AskMeAnything! Le concept est très simple, posez moi toutes vos questions et j’y répondrais sur cette page! Pour les plus timides, ou si votre question est un peu plus personnelle continuez à me contacter sur hello @ biobeaubon.com (tout attaché).

 

Quel à été ton parcours études / vie professionnelle ? 

J’ai étudié la communication, à l’école des Gobelins et au CELSA, avec un parcours 100% en alternance. J’ai eu la chance d’étudier la communication à travers le management, la communication interculturelle, sémiologie, sociologie, marketing…

A la fin de mes études, j’ai été engagée dans l’entreprise où je faisais l’alternance de mon Master en communication digitale, mais mon projet était de partir travailler à l’étranger. J’ai donc cherché un VIE en parallèle (contrat international pour les diplômés de – 28 ans) qui me permettait d’avoir un sponsor de visa aux Etats-Unis, et je suis devenu marketing manager à Washington en 2013. A la fin de mon contrat et visa, j’ai continué dans la même entreprise comme digital communications manager à Londres. Je travaille donc dans la communication digitale à l’international depuis 8 ans maintenant.

 

Vis tu en couple ou seule à l’étranger?

Comme le disait Audrey Hepburn, je suis très mariée (depuis quelques années déjà)! Je me balade avec ma famille, mon mari et mes 2 chats de pays en pays. Notre objectif est que lui comme moi nous épanouissions dans chaque aventure, autant personnellement que professionnellement.

 

Quelles sont tes origines? 

Le fait de bouger de pays en pays n’est pas anodin, je suis française née en Provence avec des origines kabyle, malgache/réunionnaise, italienne et russe. Donc je rajoute du gingembre, du basilic et de l’ail (souvent mélangés) dans tous mes plats, je n’utilise que de l’huile d’olive pour cuisiner, je porte un prénom russe, et j’ai tendance à croire que tout se fête autour d’un couscous.

 

Etais tu bilingue avant de partir à Washington?

Du tout! On pense parler une langue étrangère… avant de partir vivre à l’étranger. J’avais un bon niveau, qui me permettait de vivre, travailler, aller chez le médecin ou échanger avec des collègues mais clairement il faut 5 ans d’immersion environ pour devenir bilingue, donc avoir les mêmes nuances que dans sa langue maternelle. Je parle couramment anglais, c’est à dire que je suis parfaitement à l’aise en toute situation, et je commence à perdre mon français, c’est bon signe!

 

Quel est ton plat vegan préféré?

Tellement de plats! La soupe au pistou, les pâtes pistou-gingembre et le gratin dauphinois de mes parents, le Bo-bun, les noodles soupes japonaise avec des soba, le curry vert au lait de coco.

 

As tu publié des photos de ton mariage quelque part?

Non, je me suis mariée en 2011 et je ne bloguais pas encore à cette époque là. Pour beaucoup de raisons, comme le respect de l’intimité de mon mari, je ne publierais pas de photos ici. Mais par contre je connais bien le sujet “Comment éviter un burn out pendant l’organisation de son mariage?“, et pourquoi pas un article?!

 

Quelle a été la réaction de ta famille quand tu as annoncé ton départ pour les Etats-Unis?

Heureuse! Je cherchais LE contrat depuis quelques temps, il y a peu d’élus pour les Etats-Unis, donc ils étaient plutôt fiers. Après évidemment, aucun parent n’est ravi de voir son enfant filer à 8000 km. Ils m’ont toujours encouragés à réaliser mes rêves et même si tout n’a pas été évidemment les premiers mois, on réussi aujourd’hui à s’organiser parfaitement !

 

En dehors du yoga et des voyages quelles sont tes passions?

La musique, mon mari est guitariste, je baigne dans le rock toute la journée! La lecture, l’écriture, le cinéma, et de manière générale la découverte d’autres cultures me passionne. J’ai grandi et je continue à évoluer dans un univers familial et pro multiculturel. J’ai des périodes de plusieurs mois où je lis/regarde uniquement des livres/films sur un pays en ce moment c’est la Corée. Bref, je veux TOUT apprendre.

 

Quels sont tes blogs favoris?

J’aime le parcours et l’écriture de Marion Rocks, la cuisine créative de 100% végétal, l’univers de Eleusis Megara, Cherry Louise, Mango & Salt, et Natacha Birds, Pissenlit au Jardin et ses créations végétales – éthiques, parler yoga chez Endorphine, le Hibouyogi, Smootherie et Yogi Imparfaite et me reconnaitre dans les coup de gueules de Café Langues de Putes.

 

Si tu ne faisais pas le job que tu exerces actuellement quel activité aurais tu?

Médecin? Bon, mi-réalisable aujourd’hui. J’aimerais dans un futur proche me tourner vers le coaching et la psychothérapie, et être autrice de livres de développement personnel. Aider les gens à vivre le changement de manière positive dans leur vie. Je travaille sur le projet en ce moment avec mon bouquin!

 

Quel a été ton meilleur souvenir en vivant à l’étranger, et le pire?

Le meilleur? Toutes les découvertes, toutes les premières fois. Les couchers de soleil sur Manhattan ou Key West, conduire à travers l’été indien au Canada… Le pire? Un trajet post-opération entre New York et Washington, je connais TOUS les trous dans la route (6h), état par état. La Pennsylvanie gagne la palme!

 

Ta destination de voyage favorite?

TOKYO! C’est la seule ville ou je passe mon temps à dire “Oh waouh”. Sinon New-York, j’y ai passé beaucoup de temps, et je me sens chez moi là bas.

 

Quelles sont tes adresses favorites à Londres?

Primrose Hill et manger chez Mana ou déguster une glace dans le parc, trainer à Notting Hill / Portobello Road (mon quartier), longer le canal de Maida Vale à Islington, flâner à Camden, se perdre dans Hampstead Heath, faire du shopping à Kensington ou Covent Garden, boire un verre à Soho et manger japonais, aller voir une expo au Sommerset House.

 

Préfères tu vivres à Paris, Washington ou Londres?

Un mélange des 3 ? Mes amis à Paris, la nature et l’espace à Washington, et l’ambiance cosmopolite à Londres. Mais le meilleur compromis reste Londres: dépaysant, anglophone, culturellement différent de la France, intéressant pour le boulot, proche de ma famille, vivant, agréable, cool.

 

Quel est le prochain pays où tu souhaiterais habiter?

L’Espagne à Barcelone, ou l’Asie (Hong Kong ou Bangkok)? Pour le moment j’aimerais rester quelques temps à Londres, et envisager d’ici 2/3 ans un nouveau départ!

 

 

 

Merci à toutes / tous pour votre participation, et continuez à m’écrire, je réponds toujours, et le plus vite possible!

Anouchka

 

Bien-être

Mon diffuseur d’huiles essentielles électrique

30 August 2015

 

J’adore les huiles essentielles : pour soigner les rhumes, chasser les mauvaises pensées, ou un petit bouton. Je cherchais depuis un moment un diffuseur d’huiles essentielles pratique. Ma première expérience avec un diffuseur a été de courte durée: un vase en verre qui s’allumait de toutes les couleurs avec une brume. Un peu kitsch, beaucoup même et surtout moyen-pratique.

Le nettoyage du vase était plus compliqué qu’autre chose et je l’ai vite revendu. Price Minister m’a proposé de faire mes courses pour une rentrée zen, et j’ai choisi en premier lieu un nouveau diffuseur électrique, que l’on peut brancher par USB ou sur une prise.

Mon diffuseur est petit et donc facilement transportable dans une valise, et le côté USB parfait pour s’adapter à toutes prises quand on est à l’étranger (ou au bureau, c’est exotique aussi).

Le fonctionnement est assez simple : il suffit d’ajouter de l’eau dans la récipient + 15 – 20 gouttes d’huiles essentielles, et on sélectionne le mode lumière pour faire veilleuse, et le temps désiré. Ensuite, on laisse la brume d’eau diffuser les huiles dans la pièce…  Pour le nettoyer un peau d’eau et une éponge.

Attention, la diffusion d’huiles essentielles ne doit pas se faire en continu mais 10 / 12 minutes par jour dans une pièce aérée, et ne laissez traîner vos animaux dans la pièce.

 

Quelles huiles pour quelles ambiances?

 

Eloigner les insectes? La citronnelle, géranium, basilic.

Améliorer la qualité du sommeil? Lavande et basilic quelques minutes avant d’aller se coucher.

Purifier l’air? Lavande, romarin, citron, pin.

Besoin d’un coup de fouet? Orange, menthe, pin, bergamotte.

Aider les voix respiratoires en cas de rhume? Lavande, eucalyptus, Bois de rose.

 

Mes 2 favorites? Je diffuse tous les soirs de l’huile essentielle de lavande avant de dormir histoire de combattre mon sommeil trop capricieux, je l’emmène même avec moi en déplacement. L’huile essentielle de citron est idéale pour nettoyer l’air dans mon appartement.

Pour achetez vos huiles essentielles, rendez vous en boutique bio ou chez Aroma Zone, il existe même des mélanges pour diffuseurs.

 

Pour le trouver c’est par ici , et il coute moins de 20 euros, youpi!

 

 

Je reviens très vite avec un autre coup de coeur bien-être, et surtout … un concours! 

 

Bien-être, Yoga

Pratiquer le yoga avec un petit budget

25 August 2015

 

 

C’est bientôt la rentrée, et vous planchez déjà sur vos bonnes résolutions? Si vous êtes intéressé(e) par découvrir le yoga, mais que le prix des abonnements vous semble un peu (beaucoup) élevé, pas de panique! Il existe de nombreuses astuces pour pratiquer le yoga à prix mini voir gratuitement!

 

Le yoga en vidéo

Il existe de nombreuses plateformes de yoga en vidéo qui proposent des abonnements pour 10 € par mois environ : Yogaglo, Gaiam TV, Yoga Chez moi, Mon Yoga virtuel… Le concept est simple, des cours en ligne pour tous les niveaux, tous les styles. Chez Gaiam (que j’utilise), on trouve aussi des documentaires sur l’histoire du yoga, des challenges, des vidéos sur la méditation, et des séquences pour tous les besoins : fatigue, syndrome pré-menstruel, stress…

Les plus? On pratique quand on veut, chez soi, en variant les professeurs et les styles.

Sans dépenser pour un abonnement, regardez aussi les chaines Youtube des professeurs de yoga emblématiques

 

Le yin yoga, le restorative, le yoga nidra, l’ashtanga, ou le kundalini se prête à une pratique individuelle, en revanche le vinyasa demande plus d’ajustements. Pourquoi pas prendre un cours de temps en temps en studio et continuer la pratique chez soi?

 

 

Les offres d’essais des studios

Si vous habitez dans une grande ville, pensez à essayer plusieurs studios! Les offres d’essais sont souvent avantageuses, et c’est win-win : vous testez plusieurs endroits, découvrez plusieurs atmosphères et pourquoi pas des yoga-buddies pour partager votre pratique?

A Londres, j’aime essayer de nouveaux studios tous les mois : c’est intéressant de changer de lieux régulièrement pour découvrir une nouvelle manière de pratiquer, et des professeurs avec des parcours différents.

A Paris :

 

 

Meetup

Meetup est un site pour trouver des événements selon vos centres d’intérêts : cinéma indépendant, judo, cuisine italienne, et pourquoi pas yoga?

Il existe des milliers de Meetup yoga partout dans le monde avec des prix souvent intéressants! Aux Etats-Unis c’est le premier réflexe que tous les nouveaux arrivants ont pour se faire des amis et rejoindre une communauté. Sautez le pas, les cours de yoga sont parfois plus de 50% moins chers, et souvent en plein air en été!

 

Les cours communautaires

Les “community classes” en anglais, sont très populaires dans les studios. Pour 5£ versus 17£ à Londres il est possible de suivre des cours de yoga plusieurs fois par semaine, avec les professeurs habituels mais souvent à une horaire moins fréquentée de la journée (11h -12h ou 14h -15h).

Parfois ces cours sont assuré par des professeurs en formation, toujours encadrés par un professeur diplômé. 2 pour le prix d’1!

A Paris, le site Yoga Solidaire propose des cours toute la semaine pour 10€.

Si votre emploi du temps est flexible, foncez!

 

Groupon 

Sur Groupon, on trouve aussi des offres d’essais pour pratiquer le yoga! Renseignez vous bien sur le studio avant d’acheter un deal, mais les offres sont avantageuses allant jusqu’à 50%. 5 séances pour 19,90 ça vous tente?

 

Les associations

Avant de foncer dans un studio, pensez à regarder les cours de vos associations sportives locales! Il existe souvent des cours de yoga à prix mini. Le studio ne sera pas aussi fancy, mais n’oubliez pas que la qualité du professeur et son enseignement priment. Attention, les inscriptions annuelle se font souvent en septembre!

 

Et le matériel?

Faire du yogaa sans leggings Lululemon, ni tapis Manduka? Pas de panique, les studios prêtent souvent des tapis, et un leggins / débardeur en coton suffira amplement, l’essentiel est d’être à l’aise. Si vous n’avez pas envie d’investir dans un tapis, achetez une serviette anti dérapante à poser sur les tapis de studio, aucun soucis d’hygiène!

 

 

 

 

 

Vous avez un bon plan yoga? Pensez à le partager en commentaires!

Bien-être, expatriation

Se débarrasser de ses peurs pour bien vivre le changement

27 July 2015

Le changement fait peur, et la peur crée immobilisme. Cette phrase résume un cercle vicieux qui empêche beaucoup de gens d’avancer. Notre génération (j’ai 28 ans), se remet constamment en question et cherche avant tout le bonheur. Mais pour être heureux il faut savoir chambouler ses plans, et parfois se lancer dans un grand changement de vie.

Le bonheur n’est pas un état constant, nos parents ont grandi dans une idée du bonheur très stable: le mariage, le travail, l’achat d’une maison, les enfants. Aujourd’hui on vit plusieurs vies en une, changement de carrière, voyage, et recherche du bonheur selon des critères qui changent tout au long de notre existence.

Personne n’est préparé au changement et il n’existe pas de recettes miracles pour anticiper, planifier un grand changement de vie, mais apprenant à agir et à s’adapter le changement ne signifiera plus peur mais moyen d’atteindre le bonheur.

 

 

Vous ne serez jamais prêt avant de commencer

Rappelez vous de votre premier jour à votre job actuel, et cette sensation de ne rien comprendre, d’emmagasiner un maximum d’informations à retenir, de voir tous ces visages inconnus. Et regardez vous maintenant: le lieu est devenu familier, ces gens ont des prénoms, et vous connaissez votre job (presque) sur le bout des doigts.

Le processus de changement suit la même logique: vous ne pouvez pas tout anticiper, mais agir une fois lancé(e).

J’ai du déménager plus de 20 fois en moins de 30 ans. Le chiffre parait énorme, mais il m’a surtout appris l’adaptabilité: à changer de ville, de maison, et à l’époque d’école, très (très) vite. La clef est de se constituer un monde à soi fait de repères et de petites habitudes. Aussi, comprendre que les lieux et les choses matérielles sont secondaires, seulement vous et les êtres aimés sont importants. Le reste se remplace et n’a aucune valeur.

Avant de partir aux Etats-Unis, je n’avais jamais mis les pieds en Virginie, et les quelques infos sur la ville de Reston restaient très vagues. Mais peu importe, il était impossible de connaître une ville avant de l’avoir exploré et ressenti l’atmosphère. Je n’étais pas prête, je le savais, et je l’ai accepté.

Vous changez de ville ou de pays? Bouquinez des sites ou des guides sur votre nouvelle région, cherchez des adresses de cafés cosy qui vous accueilleront à votre arrivée, ou un studio de yoga pour faire une pause et connaître de nouvelles personnes.

Vous changez de job ou de carrière? Gardez en tête que vous allez comprendre l’enjeu et apprendre jour après jour. Arrivez avec un état d’esprit ouvert, humble, dynamique, prêt à agir et à apprendre. Tout ne sera pas parfait, surtout au début, mais jour après jour, vous trouverez vos marques.

 

FullSizeRender-2

J’apprends à agir

 

Même si vous aimez faire des listes, prévoir au millimètre près votre projet, il ne sera jamais comme vous l’avez imaginé au départ. Il faut apprendre à être souple et surtout agir. La force dans le changement est de garder en tête que tout problème à une solution, il suffit d’être réactif et créatif.

Au lieu de millimétrer votre projet, pensez à avoir des plans B, C, et D (j’ai du aller jusqu’à Y en vivant à l’étranger) prêts à être déroulés. La fierté d’avoir résolu une situation complexe vous aidera à tout résoudre par la suite.

2 mois après avoir emménagé en Virginie, j’ai du faire face à une hospitalisation sans connaître ni comprendre le système médical américain, et presque sans famille ou amis pour me tapoter la main. Il a fallu faire face et accepter cet imprévu, au final il fait parti de mon expérience.

Quand on ressent de la peur, la réaction naturelle est de se replier en position foetus en attendant que les choses s’apaisent. La réaction face à la peur au changement doit être l’action. On relève la tête, on se lève, on agit.

La marge de latitude dans une situation de changement (job, déménagement, reprise d’études, divorce etc.) sera de toute façon énorme. Rappelez vous encore une fois de votre dernier projet, de l’objectif initial et l’état actuel.

Apprenez à créer et saisir les opportunités, aux Etats-Unis j’ai finalement accepté un poste à Londres à la fin de mon visa, en me disant que de toute façon cette chance n’était pas tombée là par hasard.

Gardez en tête qu’aucun choix n’est irrémédiable et que vous avez le pouvoir de transformer toutes les situations, on apprend des leçons positives même dans les pires moments. Et on peut se tromper aussi, c’est même normal et positif.

 

 

Vous êtes assez fort pour y arriver

Je remarque que le problème de confiance en soi revient systématiquement. La question à se poser est « êtes vous heureux? » est-ce que cette ville, ce job ou cette situation fait de vous quelqu’un d’épanoui(e)?

Si la réponse est non, il faut donc en changer. Et là, tout un tas d’excuses apparaissent: ce n’est pas le moment, c’est trop compliqué, je n’ai pas les moyens (…). Vous pouvez y arriver, parce que vous en êtes capable et que vous croyez en vous.

A la fin de mes études j’ai signé un CDI en communication digitale, un contrat stable, socialement attendu, dans l’entreprise où j’évoluais depuis 2 ans. Mais je n’étais pas heureuse. Mon rêve était de vivre à l’étranger, et même cela impliquait de tout quitter pour une variable d’inconnues immense, c’était le prix à payer pour vivre mon rêve. Au final, ce changement à été beaucoup plus positif sur ma carrière (et sur ma vie en général).

Face au changement et en réaction à la peur, on peut aussi se mentir à soi même et aux autres c’est plus confortable, mais êtes si vous hésitez face à la question: « êtes vous satisfait et fier de vous en ce moment? » C’est le moment de se remettre en question. L’honnêteté commence d’abord par soi même.

L’exercice est de prendre une feuille blanche et de poser ses intentions en 3 colonnes, ce qui me fait envie, pourquoi, et les moyens d’y arriver. Les contraintes vont naturellement apparaître mais vous allez aussi réfléchir aux solutions pour les contourner.

Comment trouver un visa? Comment trouver une formation? Comment changer de région? Comment trouver un nouveau job? Il existe des solutions concrètes pour chacune de ces questions et en y réfléchissant calmement vous allez trouver la clef.

 

 

Alors oui, la vérité est que l’on vit surtout dans le doute quand on démarre un nouveau projet, j’ai douté en arrivant en Virginie et à Londres, je pensais m’être plantée, mais ce sentiment passe, toujours. Il faut accepter l’inconnu et savoir le maitriser.

Changer amènera forcément un nouvel équilibre positif, des personnes intéressantes autour de vous, et vous insufflera des idées de projets excitants.

Si je n’avais pas quitté la France pour les Etats-Unis, je n’aurais jamais démarré ce blog, fait du yoga, appris sur moi-même et sur une nouvelle culture, affronté des peurs et des épreuves, rencontré tout plein gens positifs, et je ne serais finalement pas à Londres aujourd’hui.

 

FullSizeRender-4

 

 

Osez, n’ayez plus peur, croyez en vous et décidez d’être heureux. Et gardez en tête que vous ne serez jamais prêts.