Browsing Tag

lifestyle

Lifestyle

2017, l’heure du sacro-saint bilan!

3 January 2018

La page 365 est achevée, le livre fermé, c’est désormais l’heure de faire le bilan de cette année écoulée.

Au revoir 2017, bonjour 2018. Une année de grands changements, de remises en questions, et surtout 12 mois pour poser les fondations d’une nouvelle vie.

Chaque année, j’aime revenir sur les moments qui ont marqué mon année, et surtout prendre le temps de réfléchir aux objectifs de l’année 2018, seule mais aussi en couple : en équipe, en famille.  J’ai essayé de vous livrer un bilan honnête, car cette année a ressemblé à un ascenseur émotionnel : belle mais éprouvante, triste et intense, à l’image de la vie.

 

La tempête Jim

J’ai démarré 2017 avec un enfant d’un mois et des poussières. Une tempête émotionnelle, car même si on ne se prépare jamais l’arrivée d’un bébé, j’ai été complètement submergée par la fatigue, l’amour, les doutes, la peur et la joie. Je n’imaginais pas vivre 6 mois si difficiles, preuve qu’élever un petit humain est le travail d’une vie.

Et semaine après semaine, j’ai pris mes marques dans ce rôle de parent multitâches, plus solide et sûre de mes choix. 1 an plus tard, je me sens épanouie et heureuse, avec un regard bienveillant sur mes premiers pas de maman, et nos longues promenades dans les rues de Notting Hill, mon livre audio dans les oreilles.

 

 

Londres – Bruxelles

Je vous ai partagé mon envie d’ailleurs cet été sur le blog. Il faut dire qu’élever un bébé à Londres est vite devenu acrobatique. Le Brexit, les systèmes de garde, la grandeur de la ville… Forts de 2 expatriations nous avons réussi à poser une liste de besoins clairs pour notre petite famille, et Bruxelles est apparue naturellement.

Nous sommes donc bruxellois depuis le mois de novembre, c’est encore tout frais. Londres restera une expérience incroyable, et je resterais toujours profondément attachée à cette ville, où je me suis sentie chez moi. Bruxelles confirme nos aspirations pour une vie familiale et professionnelle avec un mini humain, la page blanche reste à écrire maintenant…

 

Travail et remise en question

Washington et Londres sont deux écoles très formatrices en matière de travail, exigeantes mais positives. Nous travaillons depuis plusieurs années dans les mêmes entreprises, que nous avons suivies dans notre parcours d’expatriation. Cette année, a été sous le signe du “va chercher ailleurs ce que tu veux obtenir”. Pour mon mari, une mutation, et moi une démission pour démarrer une nouvelle aventure à la fin du mois. A Bruxelles, dans un cadre international, avec l’envie de construire mon réseau, connaitre des gens sur place, et démarrer cette année vraiment à zéro.  Je ne compte pas les nuits blanches qui ont mené à cette décision, mais il faut savoir fermer des portes et se faire confiance parfois.

 

Les voyages, seule et en famille

Même si je rêve de temps pour moi, je rêve encore plus de parcourir le monde avec mon fils. Cette année, je n’avais pas prévu grand-chose, et pourtant nous avons posé nos bagages à Brighton, dis bonjour à Paris que nous ne voyons que trop rarement, parcouru la Normandie pour une première baignade, découvert Lisbonne lors d’une parenthèse ensoleillée, vécu la Dolce Vita en Sicile et fait des tonnes de châteaux de sables a Cefalu, et cherché notre future maison à Bruxelles.

J’ai aussi quitté mon fils pour la première fois, pour une semaine intense à Copenhague, en séminaire de découverte autour de la culture danoise, du design, et de l’hygge. Un voyage qui a influencé ma manière de vivre et d’organiser mon intérieur pour vivre dans la lumière et la sérénité.

 

Yoga, bring it and leave it on the mat

C’est mon mantra favori pour se débarrasser des tracas du quotidien et surtout, trouver un endroit safe pour se retrouver avec soi-même.

Apres un post parfum compliqué, j’ai eu l’autorisation de reprendre le yoga dynamique environ 5 mois après la naissance de mon fils. 5 mois sans vinyasa ou ashtanga uniquement de la méditation, et du yin. Je n’ai jamais été aussi impliquée dans ma pratique du yoga, avec un professeur exigeant qui m’a fait découvrir l’ashtanga, et surtout aimer ! A chaque contrariété ou grosse fatigue, j’ai pris pour reflexe de dérouler mon tapis. Ce bon vieux mat qui m’a suivi dans un premier studio bruxellois, preuve que le yoga est un repère universel.

 

 

Quand santé rime avec endométriose

Je me suis investie encore plus fort dans la cause de l’endométriose, maladie chronique dont je suis atteinte. En conseillant des femmes dans leur suivi, mais aussi en continuant d’en parler publiquement. J’ai écrit mon parcours dans un article pour l’Atelier des Nanas, qui sort ce mois-ci en kiosque, un article pudique mais sans tabous. L’endométriose en 2017 a été un marathon de rendez-vous médicaux, d’examens, une opération, et surtout de nouvelles prises de décisions pour le futur. Je continuerais donc de vous parler encore et encore de règles, d’endométriose, d’infertilité sur mes réseaux en 2018.

 

Décembre

Ce mois mérite un paragraphe, tant il fut éprouvant. Deuxième mois à Bruxelles, un enfant malade quasiment tous les jours, la découverte des urgences pédiatriques, des nuits blanches, des virus que l’on partage en famille. Mais surtout de la perte de mon meilleur copain, Carlton mon copain poil. 10 ans de vie ensemble, 4 pays, des aventures incroyables, je pleure encore ma peluche. Je pleure une époque de ma vie qui en un quart de seconde, est devenu un tas de souvenirs. J’avais l’habitude de dire que peu importe où j’étais, avec mes 2 matous, mon mari et mon fils, je pouvais recréer des repères.

Dans cette tempête, j’ai perdu mes repères un peu trop vite, alors 2018 s’annonce comme une année ou tout est à composer.

 

Vous

Je ne le répèterais jamais assez mais je suis vraiment touchée de constater que ce blog me fait découvrir de si belles personnes.

Toutes l’année, et particulièrement en décembre, j’ai reçu des conseils, des encouragements, des suggestions, et surtout beaucoup de soutien.

Je me demande parfois s’il vaut la peine de continuer à écrire par ici, mais à chaque message d’encouragement, je m’en rends compte que je ne pourrais pas vivre sans nos échanges.

Et en chiffres?

J’aime l’idée du bilan en chiffres du chouette blog Je ne sais pas choisir, alors chez Biobeaubon ?

Vous avez vu 200 612 pages en 2017, 33 articles, et posté 559 commentaires, votre jour favori de lecture est le lundi, et vous êtes des petits oiseaux de nuits avec un pic de consultation vers 22h. Vous venez principalement de France, Belgique mais aussi du Canada.

Vos thématiques favorites sont la famille, la maternité, et la santé, avec  ce top 5 des articles les plus consultes :

 

Alors merci encore d’être toujours plus nombreux-ses à faire vivre Biobeaubon! J’espère continuer à partager mes aventures encore longtemps sur ce blog. Prochaine étape ? Partager mes envies pour 2018, le temps de poser mes idées.

 

Partagez aussi votre bilan pour 2017, je suis curieuse de le découvrir !

 

 

Lifestyle

#summer 20 things about me

11 July 2017

 

 

Ces derniers temps, j’ai envie de vous partager des billets d’humeurs plus légers sur le blog. J’ai souvent été taguée pour partager 20 choses sur moi, sans oser écrire un article un peu narcissique. Et puis finalement, je me lance, l’occasion de vous partager des anecdotes rigolotes et personnelles sur ma vie!

 

  • Je m’appelle Anouchka, j’ai 30 ans et habite à Londres depuis novembre 2014, j’habitais avant dans la région de Washington DC
  • Je suis née à Marseille, mais j’ai vécu à Aix, Toulouse, Lyon, Montpellier et Paris
  • Mes parents, mes grands parents et une partie de mes arrières grand-parents ont vécu à l’étranger, ou immigré dans un autre pays.
  • Je pourrais passer mes journées dans un café, une bibliothèque et/ou un studio de yoga
  • J’aime le silence par dessus tout, je suis capable de passer des journées à lire ou écrire sans bruit
  • Etrangement, je suis passionnée de musique, plus particulièrement de rock, punk, métal, stoner, et musique des années 60
  • J’adorais faire la fête en étant plus jeune, et je suis désormais très casanière, et fuis les bars pour les diners (voir déjeuners)
  • J’ai une petite famille dont je suis extrêmement proche, je confie tous mes états d’âme à mes parents
  • Je suis de nature solitaire, mais depuis mon départ de France, je suis devenue très sociable et j’ai découvert de belles amitiés grâce à ce blog
  • Je suis devenue végétarienne du jour au lendemain il y a bientôt 7 ans, et vegan en vivant aux Etats-Unis
  • Je marche par phase, presque monomaniaque, à écouter la même chanson, manger le même plat, porter la même couleur
  • J’ai une excellente mémoire, je me souviens de chaque détail de ma vie depuis toute petite. Ce qui m’a permis d’étudier facilement, mais paradoxalement peut être lourd à gérer au quotidien
  • J’aime la nourriture (très) pimentée, grâce à mon père qui mange des piments oiseaux avec chaque aliment depuis petit
  • En général, personne ne devine que je suis d’origine kabyle, malgache, italienne, russe et française
  • Je suis très sensible aux bonnes ou mauvaises énergies des gens
  • Je ne bois pas de café, mais voue un culte au matcha (vert, latte, en gâteau, glace…)
  • Mes villes favorites sont Tokyo, New York et Londres, mais je rêve de vivre à Lanzarote
  • Je ne suis pas du tout (du tout) tactile
  • Il me faut du temps pour me débarrer de l’univers d’un livre et ses personnages une fois fini
  • Là, tout de suite, maintenant, je me téléporterais bien au Centre Georges Pompidou

 

A vous! Partagez 1, 5, 20 choses sur vous en commentaires. Je suis curieuse de découvrir plus de choses sur vous. 

 

Edit 25/07/2017 : suite à un bug, la fonction commentaire ne fonctionnait pas sur cet article. Merci de m’avoir fait remonté l’erreur qui est maintenant réparée. Anouchka

Bien-être

Mes coups de coeur bien-être de la rentrée

13 September 2016

 

Je crois qu’il est possible de résumer mon envie du moment en un mot “bien-être”. Entre ce dernier trimestre de grossesse et l’arrivée de l’automne, je privilégie les cours de yoga, les promenades, les goûters, les siestes et les moments de détente à la maison.

Même si les températures rappellent plutôt l’été, et que cette rentrée sera de courte durée, j’aime le mois de septembre : on reprend un rythme actif, adopte de nouvelles résolutions, la luminosité change, et tout semble nouveau! Aux Etats-Unis, septembre rimait avec été indien, les arbres devenaient rouges et oranges et il était impossible de passer à côté de la “pumpkin fever”. Cette année à Londres, septembre rime avec nouveauté : nouvel appartement, nouveau quartier, préparation de l’arrivée de la mini-personne, nouvelles habitudes…

Alors, ces dernières semaines j’ai découvert de nouveaux produits qui ont contribué à ma bulle de douceur.  Au programme: un masque pour peaux sensibles, un déodorant naturel, des infusions d’herboristes, et un objet super innovant pour dormir comme un bébé.

 

 

Dédorant herbal de Madara

1473692378491god

Il peut sembler étrange de considérer un déodorant dans une sélection bien-être, mais il est indispensable au bon déroulement de ma journée. Depuis quelques mois, la folie des hormones a complètement changé ma routine de soins! Les déodorants que je portais avant (comme le DIY à l’huile de coco) n’étaient plus assez efficaces, je me suis donc tournée vers une marque bio et naturelle que j’adore : Madara. Ce déo doux à la sauge du nord et aux minéraux naturels, protège des vilaines odeurs toutes la journée sans bloquer la transpiration. Pour celles qui sont sensibles aux huiles essentielles et cherchent un déodorant à l’odeur fraiche (sans être trop sucrée) il est parfait!

En savoir plus

 

Infusions Chic des Plantes

1473692296388hyz

Il y a des surprises qui tombent particulièrement à pic! C’est le cas pour moi avec ces infusions Chic des Plantes. Depuis 8 mois bientôt, je ne bois plus de café ni de thé (parfois un chai ou mâcha latte). Je me suis rendue compte que je n’avais pas besoin de caféine ni de théine pour rester éveillée toute la journée. Et pourtant, j’ai vécu des périodes de grosse fatigue! Je me suis tournée vers le roibbos et les infusions chaudes ou glacées!

Ces infusions sont concoctées par une chef renommée, une aromaticienne, et un spécialiste des plantes, et sont certifiées Eco-cert.

J’ai testé 2 saveurs : Ô Zen, à la baie de Goji, bergamote, camomille matricaire, cannelle et coriandre et Ô Joie, à l’ananas, baie de genévrier, eucalyptus, galanga, gingko, menthe et souci.

De bon matin, j’aime boire Ô Zen pour me réhydrater et commencer la journée en douceur. Son parfum est délicatement épicé et gourmand relève le gout de mon petit déjeuner (sans sucre). Pour les jours de grandes chaleurs, l’infusion est délicieuse en version glacée!

L’après midi je préfère Ô Joie pour me couper l’envie de manger un goûter … ou avec mon gouter! Son gout est plus “herbal” est moins gourmand, la parfaite infusion de fin de journée. J’ai adopté ces deux tisanes dans ma routine au travail!

Chic des Plantes

 

Masque pour la peau Turbliss

 

1473692224749frh-2

Pour préparer mon déménagement, je me suis mise en tête de finir un maximum de produits qui traînait dans ma salle de bain. J’ai retrouvé ce masque Turbliss que j’avais reçu dans une box LoveLula. Sa composition très hydratante et douce convient à tout types de peaux, et surtout aux peaux sensibles.

Côté composition, on retrouve uniquement des ingrédients naturels comme de la tourbe balnéologique (délicat de traduire des termes anglais parfois), humic, fulvic and hymatomelanic acid, minerals, lipids, amino acids, enzymes, microelements, phytonutrients and sulphur.

On applique la boue noire au pinceau, 1 à 2 fois par semaine pendant 20 minutes, et rinçage à l’eau tiède. Pour éviter de salir votre salle de bain, mon conseil : rincez sous la douche! La peau est douce, nettoyée en douceur, et apaisée de toutes les aggressions. Et point positif : il est sans odeur!

En savoir plus

 

Dodow, une solution naturelle pour retrouver le sommeil

1473692437353vyu

Si vous avez du mal à retrouver le rythme et que le sommeil se fait capricieux, vous devriez jeter un coup d’oeil sur le Dodow! Cet appareil étrange, est en fait un objet super innovant. On le pose sur sa table de chevet, s’allonge bien confortablement : le Dodow projette un faisceau lumineux au plafond, et il suffit de synchronisation sa respiration sur le faisceau. Si vous pratiquez le yoga ou la méditation, vous savez surement qu’inspirer en comptant jusqu’à 4 et expirer en comptant jusqu’à 6 puis 8, apaise le corps, calme l’esprit et permet de retrouver le calme.

On peut aussi l’utiliser quelques minutes par jour pour sa meditation quotidienne, idéalement avant le coucher,

Avec ce petit objet, on permet à son métabolisme de se recaler sur un rythme de respiration qui incite au sommeil, et surtout apprendre à s’endormir en chassant les mauvaises pensées, sans téléphone, ni livre ou télévision pour se divertir. Il est aussi super pratique si vous voyagez ou changez d’environnement et cherchez à retrouver une bulle de sérénité!

Plus d’information avec cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=RKZEwbN5PBU et le site MyDodow

 

 

N’hésitez pas à me donner votre avis sur ces produits et partager vos coups de cœur de la rentrée!

 

 

 

Lifestyle

J’ai envie / J’ai pas envie de …

20 March 2016

J’ai envie de … 

  • D’aller visiter les fjords norvégiens
  • Faire des siestes tous les jours
  • Changer d’école de coréen
  • Lire plein de bouquins
  • Découvrir de nouveaux cafés cozy à Londres
  • Manger chez Mildred’s
  • D’aller voir la mer à Brighton
  • Acheter un jean “jupe-culotte” chez Uniqlo
  • De plus de journées ensoleillées
  • De matcha latte et de gâteaux maisons
  • De me trouver une paire de baskets blanches
  • Découvrir la Sicile
  • Aller au cinéma comme quand j’habitais à Paris
  • De tartines de pain et de Tofutti
  • De rester dans ma bulle

 

J’ai pas envie de … 

  • D’agitation et de bruit
  • D’écrire de longs billets d’humeur
  • De respirer l’odeur de cigarette des gens
  • De plats sans épices
  • Porter des talons même petits
  • De devoir subir le stress des autres
  • Remettre mon écharpe
  • De me reveiller à 5h30 quand mes chats ont faim
  • De rentrer dans des débats sans fin
  • De boire du café
  • Me coucher trop tard
  • Sentir l’odeur de la boucherie en passant dans ma rue
  • De lire des romans à l’eau de rose
  • Porter des vêtements trop colorés

 

Partagez vos j’ai envie / j’ai pas envie en commentaires, je suis curieuse de voir votre état d’esprit du moment!

Bien-être, Voyages & Adresses

5 conseils indispensables pour voyager en avion confortablement

25 January 2016

 

Je me faisais le reflexion lors de mon voyage à Tokyo que mes 17 ans étaient désormais bien lointains, et que ma manière de voyager avait complètement changé.

Fini les 12 heures de vol maquillée, les jeans dans l’avion, et un coup de lipstick pour seule routine beauté.

J’ai développé une routine confort pour prendre prendre l’avion sereinement et éviter de trop morfler à l’arrivée. Décollage!

 

1 – Un mot : confortable 

Voyager dans un espace réduit pour une longue durée demande des vêtements qui permettent à la circulation sanguine de bien fonctionner pour éviter les jambes lourdes et pire une phlébite. Par exemple, j’aime voyager en sarouel léger pour éviter l’effet pyjama, mais voyager dans un vêtement ample, assorti d’un tee-shirt en coton.

Pour se sentir comme à la maison, j’ai trouvé des vestes en « doudou » sorte de polaire, que je porte pour dormir au chaud, sans la couverture mi-sale des avions.

Sur un moyen ou long courrier, il est indispensable de ne pas garder ses chaussures. J’aime voyager avec des chaussettes larges en « doudou » (décidemment, je déteste ce mot) et des claquettes de voyage, pliables et parfaites dans leur pochette pour me promener dans l’avion.

Sinon, des chaussons polaires un peu larges sont très confortables, l’essentiel est d’éviter les chaussettes trop serrés qui vous couperont la circulation du sang.

Je ne porte jamais de bas de contention qui me donnent l’impression d’être saucissonnée, mais si vous souffrez de problème de circulation sanguine, pensez à en parler à votre médecin. D’ailleurs, pour avoir plus de place et voyager avec les jambes allongées, privilégiez une place côté couloir plutôt qu’hublot.

 

 

2 – Démaquillage et hydratation 

La règle d’or en avion est de ne pas porter de maquillage. La peau doit être propre, sans aucun produit qui pourrait obstruer les pores sous peine de voir une multitude de petits boutons, et des yeux gonflés le lendemain.

Pour éviter de se surchager mon sac, j’opte pour les miniatures que je remplis de mes cosmétiques favoris : tonique, sérum, savon, crème hydratante auxquels je rajoute un petit tube de contour de l’oeil. Profitez en pour utiliser ces échantillons de box ou boutiques qui trainent dans votre salle de bain.

Si vous arrivez maquillée en avion (ce qui est souvent mon cas), prenez le temps après le décollage de vous nettoyer soigneusement le visage, et procéder ensuite à une hydratation en layering : tonique, sérum, contour de l’oeil, crème hydratante, baume à lèvres. Et ça tombe bien, ça occupe.

Pourquoi? Parce que l’air dans un avion est artificiel, et la climatisation déshydrate énormément la peau. Votre peau même mixte ou grasse aura besoin d’être nettoyée et nourrie en profondeur pour faire face aux heures d’exposition à un environnement sale et climatisé.

Je n’utilise pas de lingettes au quotidien, mais elles s’avèrent plutôt pratique en avion pour se rafraîchir pendant le vol.

Le parfum est à bannir, pensez à vos voisins qui ne supporteront peut être pas votre fragance et surtout que votre odeur se mélangera à celles de tous les passagers. Mieux vaut rester neutre.

Pensez aussi à prendre votre brosse à dent et un mini tube de dentifrice, c’est toujours agréable à l’arrivée.

 

 

3 – Coussins contre courbatures

Commencer les vacances avec le dos bloqué, moyen. Se trimballer son gros coussin bien encombrant, encore plus moyen. J’ai trouvé la solution pour caler mon cou et mon dos avec un coussin et un mini bolster de yoga gonflables. Ni vu ni connu dans mon sac, mais l’astuce idéale pour éviter les courbatures.

Derniers accessoires à adopter  : le masque pour les yeux et les boules quiès pour les plus tatillons.

 

 

4 – Manger healthy même en avion

L’idéal avant un long vol et de ne pas faire de repas lourd dans les 24 heures qui le précède. La digestion peut être ralentie et provoquer une sensation de ballonnement moyennement agréable.

Il est possible de demander un repas végétalien sur toutes les compagnies, qui est par expérience plus léger et sain que les plats omnivores, avec l’avantage d’être servi en premier. Si vous pouvez, l’idéal est de partir avec sa lunch box de fruits, salade ou fruits sec/amandes.

En arrivant, ne vous précipitez pas sur la nourriture, et attendez plutôt le lendemain pour recommencer à manger normalement.

 

 

5 – Et je fais quoi pendant 10 heures? 

Au delà de 2 heures de vol, n’oubliez pas de vous hydater régulièrement. J’ai voyagé dernièrement avec Air China qui nous servait de l’eau toute les 30minutes, mais ce traitement de faveur reste rare. Pensez à acheter une bouteille d’eau ou remplir votre gourde avant de monter dans l’avion et de vous hydrater régulièrement en évitant les sodas.

Je fais partie de ceux qui aiment boire un verre de vin ou de bière pour me détendre après le décollage, sans avoir eu de soucis particulier, mais parlez en à votre médecin en cas de doute.

Pour les plus stréssé(e)s, les gouttes de Bach Rescue fonctionne très bien contre la peur de l’avion, testé sur mes chats et mon mari lors de nos nombreux vols.

Et surtout marchez! Profitez d’une pause pipi, d’aller chercher un verre d’eau à l’arrière de l’avion, ou d’un moment calme pour faire quelques pas et vous étirer toutes les 2 heures.

 

 

Vous êtes maintenant prêt(e)s à voyager léger (je voyage avec un grand tote bag seulement en cabine), et surtout sereinement pour votre prochain périple en avion!  Quels sont vos conseils pour voyager sereinement en avion?

Bien-être, Lifestyle

Alors 2015, on fait le bilan?

31 December 2015

 

Encore une année qui se termine. 2015 aura été une année chargée, positive comme douloureuse, mais une chose est sûre : j’ai appris. 

Chaque année, j’ai l’impression de réussir à me tenir aux objectifs que je me fixe, à travailler de plus en plus dur, et surtout à essayer de devenir une meilleure personne.

Cette année, je crois avoir grandi, ou mûri. Apprendre à s’aimer, aimer son corps, avancer avec les pieds bien ancrés dans le sol tout en continuant de laisser son esprit dans les nuages est un travail compliqué, mais j’ai l’impression d’y arriver.

Je ne cherche plus à savoir qui je suis, tout en étant un work in progress. Contradictoire? Pas vraiment, avec le temps on apprend à comprendre sa personnalité, ses valeurs, ses combats, se débarrasser du regard des autres et des leurs avis, à se focaliser sur la réalisation de projets plutôt que développer une coquille vide d’image sociale biaisée.

En 2015, je m’étais fixée plusieurs objectifs :

  • Voyager, encore plus
  • Apprendre une nouvelle langue (ou passer un nouveau diplôme)
  • Commencer à écrire un bouquin
  • Prendre le temps

 

 

 

Voyager, encore plus

image

 

Si 2014 a été une année de voyages en Amérique du Nord, marquée par un déménagement de Washington vers Londres, j’ai profité d’être en Europe pour explorer d’autres contrées.

Je ne connaissais pas vraiment Londres avant d’y habiter, et cette année, j’ai appris à connaître cette immense mégalopole, en parcourant la ville comme une touriste, quartier par quartier pour faire de Londres ma maison.

En mars, j’ai réalisé un rêve en partant en Afrique de l’ouest à la découverte de la Gambie, qui reste une des expériences les plus dépaysantes dans ma vie de voyageuse. Je ne connaissais rien de la Gambie, et j’ai pu découvrir des paysages incroyables, des gens généreux, un pays accueillant.

En juin, je suis allée à Berlin, une ville que je connaissais déjà un peu, mais cette fois ci j’ai eu enfin l’impression de comprendre sa culture et son environnement. J’ai parcouru l’est berlinois de terrasses en musées et vu un concert dans une citadelle.

En juillet, mes valises se sont posées à Lanzarote, une île située en face du Sahara. J’ai toujours été fascinée par cette île lunaire, ses volcans, sa douceur de vivre et son identité Canaries. Lanzarote est un endroit inspirant, vibrant, mystérieux où l’on ressent de très fortes ondes magnétiques. En 3 semaines, nous avons beaucoup écrit, composé, pris le temps de regarder des vieux films, dormir sur les plages, et lire des tonnes de bouquins.

Et toute l’année, j’ai pu (dû) faire de nombreux allers-retours à Paris, ce qui ma permis de comprendre que je n’habitais plus en France. J’ai beau venir souvent à Paris, après 20 ans de vie parisienne, je n’ai plus le même regard sur cet endroit qui ressemble maintenant à un joli souvenir.

Alors, 2015 aura été une année de voyages insolites, loin des sentiers battus et des destinations attendues, j’ai l’impression d’avoir appris milles choses de ces voyages magiques. Je continuerais à tamponner mon passeport en janvier 2016 au Japon. 

 

 

 

Apprendre une nouvelle langue (ou passer un nouveau diplôme)

Capture d’écran 2015-12-31 à 13.41.37

Il y a quelques mois (en septembre), je me posais la question de reprendre un cursus en parallèle de mon travail et du blog. J’ai réfléchi quelques temps à la psychologie pour faire un travail en coaching et développement personnel, mais tout ça était trop proche du blog, et du livre que je suis en train d’écrire. Pour s’inspirer, il faut aussi sortir de son univers de référence.

Ma passion pour les voyages et l’interculturalité m’a plutôt poussé à apprendre une nouvelle langue : rien de mieux pour faire fonctionner son cerveau!

J’ai donc commencé l’apprentissage du coréen en novembre dernier, avec une professeur particulier pendant quelques semaines, avec beaucoup de recherches personnelles. Je lis désormais le hangul (alphabet coréen) et maitrise les bases. J’apprends aussi et surtout les aspects sociétaux de la culture coréenne, à travers l’histoire et l’économie.

Bref, c’est passionnant, enrichissant, je retrouve la fierté de noircir des cahiers, déchiffrer un alphabet. En 2016, j’ai décidé de continuer à apprendre la langue mais dans un institut / centre culturel, pour pourvoir développer plus de capacités à l’oral.

Je ne vous conseillerais jamais assez d’apprendre de nouvelles langues, il n’est jamais trop tard!

 

 

Commencer à écrire un bouquin

FullSizeRender-6

 

Si écrire sur Biobeaubon est l’un des projets les plus enrichissants que j’ai pu développer jusqu’ici, j’ai eu envie poursuivre l’aventure en écrivant un livre sur le développement personnel à travers la pensée positive et la méditation.

A la différence de Biobeaubon, j’aimerais parler des expériences de vies que j’ai pu traverser pour donner des exemples concrets sur l’influence de la pensée positive sur le quotidien. Ce qui signifie aussi fouiller dans son passé, comprendre avec du recul, quelles leçons j’ai pu tirer de ses différents moment de vie, et quel a été l’impact de la méditation ou de la gratitude par exemple.

Et ce travail est long, parfois un peu douloureux. Mais je m’y attelle, la trame prend forme semaine après semaine. Ecrire demande beaucoup de rigueur, il faut comprendre quel est son rythme, quel est le cadre à favoriser, repenser les codes de l’écriture pour quitter le schéma blog pour un style plus littéraire. C’est du travail, mais un superbe projet!

 

 

 

Prendre le temps

GG2

 

Surement l’objectif le plus difficile que je m’étais fixée pour cette fin d’année. Entre juin et octobre, je peux compter les nuits passées chez moi. C’est simple, ma valise n’a pas quitté l’entrée de mon appartement, je passais littéralement mon temps à la remplir et la vider. Ce qui peut paraitre excitant était devenu pour moi une contrainte. En octobre, je m’étais fixée l’objectif de plus sortir de Londres jusqu’aux fêtes de fin d’années.

Et j’ai tenu mon pari en redécouvrant les joies de profiter de sa maison, passer des week-ends à se promener, à partir à la découverte de la ville, et tout simplement en roupillant devant des séries sous la couette.

On a tendance à croire qu’une vie riche est une vie vécue à 100 km/heure, j’ai appris le contraire en quelques mois. Avoir du temps pour soi, pour se reposer, pour enfin planifier des choses, apprendre le coréen, voir des amis, et reprendre des habitudes, qui sont parfois précieuses.

Même si le début de l’année 2016 à l’air de ressembler à un marathon d’avions-déplacements, je ferais en sorte de ne plus retomber dans les mêmes travers, en privilégiant ma vie à Londres. Voyager oui, toujours, mais arrêter de courir pour le travail, la famille, les rendez-vous.

 

 

 

2015, des épreuves mais surtout du positif 

photo-142

 

Cette année a été l’année de toutes les épreuves. Sans rentrer dans les détails, je pensais avoir vécu le plus compliqué à vivre en 2014. Et instinctivement en écrivant ce bilan, je me suis dit “Aww, quelle année horrible”. Entre les attentats en France, le climat ultra violent, et plus personnellement quelques drames personnels, cette année a été éprouvante.

Mais positive. Je ne me suis jamais sentie aussi forte face aux épreuves. Le pari a été compliqué, entre ambition professionnelle, projets personnels complexes, corps soumis à beaucoup de changements. Mais j’ai réussi à en venir à bout.

Cette année, j’ai été entourée de ma famille comme jamais, j’ai formé une équipe soudée avec ma moitié, j’ai pleuré, vécu, ri, hurlé. Mais j’ai appris.

Plus les épreuves sont compliquées, plus on apprend à se relever facilement, et 2014 et 2015 m’auront appris tout cela. Ne jamais abandonner, ne jamais tomber dans la plainte et la pleurnicherie, voir toujours plus loin, et se dire que tout ira bien à la fin, toujours.

 

Alors j’ai hâte d’être en 2016, l’année de mes 30 ans, une année qui s’annonce forte en voyages et en projets. Je vais prendre le temps de réfléchir à mes objectifs pour l’année à venir avant de les partager, même si je pense surtout suivre la lignée de mes projets de 2015 et continuer à les concrétiser.

 

MERCI à vous d’être de plus en plus nombreu(ses) sur Biobeaubon, merci pour tous ces échanges passionnants en 2015, merci de partager un bout de votre vie, merci de montrer que l’on peut être plus positifs(ves) ensemble.

 

Rendez vous dans quelques jours avec le bilan du défi #mondefigratitude

 

Et je vous souhaite une incroyable année 2016, positive et douce.

 

 

Quel est votre bilan pour l’année 2015, et vos temps forts ?