Bien-être

Astuces naturelles pour mieux vivre l’endométriose

11 April 2017

 

J’ai toujours été attaché au fait de parler d’endométriose sur ce blog, en racontant mon histoire, mais aussi en cherchant des astuces pour mieux vivre la maladie au quotidien.

Malgré 2 opérations, de nombreux traitements et une grossesse, l’endométriose est toujours fidèle au poste, douloureuse et handicapante. Je ne compte plus le nombre de médecins dépités qui finissent par me dire “Mais normalement, la maladie ne revient pas aussi violemment après une grossesse”, avec en cadeau une ordonnance d’anti douleurs, et peu de réponses.

Alors, pour éviter de passer des journées à prendre des comprimés ou jouer à “pile ou face les urgences”, j’ai accumulé quelques astuces pour repousser les crises.

A noter que je ne suis pas médecin, ni acupunctrice, ni prof de yoga, ni naturopathe, et cet article a pour but de vous donner des pistes pour améliorer votre gestion quotidienne de la maladie.

 

L’alimentation anti-inflammatoire

Mon médecin a utilisé une image simple pour m’expliquer pourquoi certains aliments provoquaient des crises d’endo. Imaginez que votre corps est une cocotte minute, et qu’à cause de certains aliments difficilement assimilables pour l’intestin, il surchauffe et réveille des lésions situées dans toute la région pelvienne. C’est pour ça qu’il est conseillé de diminuer voir supprimer le gluten, le café, l’alcool, la junk food, les produits laitiers et les aliments riches en phyto-oestrogènes.

Je ne consomme plus de gluten depuis 4 ans bientôt, et ma santé digestive s’est sensiblement améliorée, en revanche j’ai noté que lorsque je consommais du café de bon matin, je développais une crise quelques heures plus tard. J’ai donc arrêté le café depuis peu pour du thé vert riche en anti oxydant (bon pour la santé, et parfait pour un coup de fouet), et je remarque une diminution des crises.

Une alimentation saine, végéta*ienne, sans produits transformés peut aider à prévenir et réduire l’inflammation des lésions d’endométriose. Cela peut paraître fastidieux au départ, mais imaginez votre endométriose comme un démon à combattre, et pour cela il faut éviter de le rendre plus fort.

Alors, on évite les orgies de gâteaux industriels et choisi un gâteau maison, un verre de vin le week-end uniquement, et on troque son espresso contre un bon matcha.

Certaines épices sont connues pour être anti inflammatoires comme le gingembre ou le curcuma, de quoi apporter du piment à votre alimentation!

Pensez à consommer beaucoup d’eau, et des infusions pour vous hydrater mais aussi bien faire fonctionner les reins et éviter des problèmes urinaires, très souvent liés à l’endométriose. Le cranberry peut réduire l’apparition de cystites, et ma naturopathe m’a conseillé de consommer aussi des myrtilles fraiches dans un porridge le matin, aussi efficaces que des comprimés, avec l’avantage de manger un fruit frais.

Lire la FAQ d’EndoFrance sur le régime sans résidu

 

Le yoga, pilates et la méditation

Il est compliqué de s’imaginer faire des postures de yoga ou de pilates quand on est pliée en 2 chez soi plusieurs jours par mois, mais croyez moi, pratiquer une activité physique régulière aide à diminuer les crises. Le sport permet la sécrétion d’endorphines, précieuses alliées pour détourner notre attention des douleurs, mais surtout à oxygéner le sang et aider à sa bonne circulation dans toute la région pelvienne. Même si le canapé semble être un ami, il est déconseillé de rester assise longtemps et dans une mauvaise posture.

Il faut aussi apprendre à accepter la douleur, c’est à dire à ne pas se crisper quand une crise arrive. Respirez profondément, gardez le ventre détendu, vous aidera à ne pas empirer le ressenti de la crise.

Soyez douces avec votre corps, privilégiez les activités qui nécessitent la respiration abdominale comme le yoga ou le pilates souvent plus bénéfiques qu’un cours de HIIT à fort impact.

Jessica Valant, prof de pilates et atteinte d’endométriose partage des cours de pilates en ligne dédié à l’endométriose

 

Ilia Renon et Cécile Doherty Bigara proposent une séance de yoga pour soulager les douleurs menstruelles.

 

Letizia  de “La pratique du yoga” partage une séquence destinée aux endogirls, débutantes ou yoginis (article à lire).

The Hormona Diva, propose 6 postures pour prévenir et apaiser les douleurs liées à l’endométriose.

La méditation m’aide à entrer dans une bulle lorsque la douleur envahi mon corps. Je l’ai expérimenté lors de de mon accouchement : j’avais pratiqué le yoga prénatal et un peu d’hypnobirthing en amont, l’idée est d’entrer dans une bulle, en visualisant des images douces, et en répétant des affirmations positives. Cela parait un peu mystique, mais s’avère très utile quand une crise arrive dans les transports, ou que l’on peine à la calmer avec des anti douleurs.

Et surtout : marchez ! Quand l’endo vous laisse un peu de répit, profitez en pour faire une grande ballade, écouter un livre audio ou un podcast, respirer…

 

 

Acupuncture et médecine chinoise

La médecine chinoise et l’acupuncture peuvent être très efficaces dans le traitement de la douleur. En médecine chinoise on considère que l’endométriose est causé en partie par une mauvaise circulation dans la zone pelvienne, mais aussi par un foie qui fonctionne mal. Il est donc intéressant d’associer acupuncture et médecine traditionnelle pour viser une amélioration de la vie quotidienne.

Depuis ce premier article sur ma découverte de la médecine chinoise, l’acupuncture est devenu mon réflexe en cas de crise aigue. Si vos cycles sont réguliers, je vous conseille de faire une séance d’acupuncture juste avant le début des règles, sinon dès que la douleur commence à apparaitre. C’est pratiquement sans douleur, et surtout très relaxant. Quelques aiguilles vont être déposées sur votre ventre, tête, oreille et sur quelques zones du pieds, toutes reliées à la zone pelvienne. L’idée est d’éteindre la zone douloureuse en travaillant sur des points d’acupuncture et complémentaires. Comme avec le yoga, l’acupuncture aide à relâcher les muscles et les tensions et donc ne pas se crisper autour de la douleur.

Dans mon cas, une séance d’acupuncture peut réduire ma consommation d’anti douleurs de plusieurs comprimés par jour à zéro dans les jours qui suivent. Alors, oui l’effet dure quelques jours, parfois jusqu’à 10 jours, mais cela peut éviter de souffrir inutilement pendant les cycles, ou éviter de rater un moment important dans sa vie personnelle ou professionnelle.

De nombreux médecins généralistes pratiquent l’acupuncture, et vous pouvez également vous rendre dans un centre de médecine chinoise pour un bilan complet.

Relire “J’ai testé l’acupuncture et la médecine chinoise”

 

 

TENS

Le TENS est une machine très populaire au UK et aux Etats-Unis. Le système est simple, une machine reliée à des électrodes que l’on colle sur une partie du corps, envoie des signaux électriques sous la peau, qui permettent de barrer la route aux signaux de la douleur, et délivre des endorphines. C’est indolore, discret, et efficace.

J’avais utilisé un TENS lors de mon accouchement pour atténuer les douleurs des contractions. Il faut juste apprendre à poser les électrodes au bon endroit (reins? bas ventre?), et trouver la puissance adéquate. Pour pallier à une prise d’anti douleurs trop fréquente, j’ai donc ressorti mon TENS et il est devenu un ami fidèle. Dès qu’une crise apparait, je colle 4 électrodes sur mon bas ventre, et l’électrostimulation calme généralement la crise.

On peut l’utiliser partout, il fonctionne avec des piles, en le rangeant dans une poche (et en cachant un peu les fils), idéal au travail, à la maison mais aussi en voyage. Et surtout, il peut être efficace sur toutes les zones douloureuse du corps : dos, reins, nuque…

En savoir plus sur le TENS

 

La naturopathie

Et la phytothérapie! Les plantes font des miracles, c’est bien connu, et dans le cas de l’endométriose où aucun traitement efficace n’existe pour le moment, un tour chez votre naturopathe peut s’avérer utile.

J’ai démarré un protocole en naturopathie, composé de plusieurs plantes (cramp bark, curcuma, thé vert, huile essentielle de géranium ou basilic, milk thistle) mais aussi une supplémentation en oméga 3, pour aider mon corps à réduire les crises, mais aussi mieux gérer la douleur. J’ai aussi reçu des conseils pour mieux composer mes repas, quels aliments privilégier (riches en oméga 3, ou en anti oxydants par exemple).

J’ai trouvé cet article, très utile pour décrire l’utilité de la naturopathie, mais aussi l’action des différentes plantes. Mieux vaut toujours faire une consultation naturopathique pour bénéficier d’un bilan personnalisé, mais aussi de conseils alimentaires pour mieux gérer l’endométriose.

Si vous ne connaissez pas de naturopathe près de chez vous, Chris Martin du blog Nanaturopathe a lancé un programme d’endo coaching personnalisé en ligne, pour apprendre à découvrir les plantes et huiles essentielles pour apaiser l’endométriose, l’alimentation, les perturbateurs endocriniens, les maladies associées, la fertilité…

Grâce à la naturopathie, j’ai remarqué une nette amélioration dans la prévention des crises, avec ce nouveau protocole. Des crises oui, mais moins violentes, et avec le TENS, une réduction nette des anti douleurs.

 

 

Vivre en pleine conscience et accepter le quotidien

L’endométriose est une maladie qui bousille le quotidien, la relation au corps, aux autres, à la sexualité, et je pourrais encore allonger la liste. Beaucoup de femmes atteintes d’endométriose se battent aussi contre la dépression liée à une douleur permanente, un état jugé par beaucoup comme un syndrome du malade imaginaire, et un manque de soutien et de réponse de la part du corps médical.

J’ai toujours été ferme sur le fait que l’endométriose ne me priverait pas de réaliser mes rêves, comme habiter à l’étranger, voyager, mener à bien mes 5 ans d’études, une carrière professionnelle et fonder une famille, et pourquoi pas mon entreprise plus tard.

Tout cela s’est fait dans la douleur, surtout quand je ne connaissais pas la maladie, et en subissait les symptômes sans avoir de réponse. Aujourd’hui encore, je n’ai pas de solution, et il est parfois difficile de rester positive, mais j’essaie d’avancer en me focalisant sur les points positifs de ma vie. J’ai tendance à croire que se plaindre est utile, crier sa colère et son impuissance, mais il faut rapidement réagir en essayant de trouver des solutions pour vivre mieux. J’ai l’impression que me documenter un maximum, chercher, multiplier les expériences, et surtout libérer la parole, m’a permis de mieux comprendre ce dont je souffrais et comment y répondre. Cela ne rend pas les crises moins douloureuses mais je ne suis plus dans le flou.

L’endométriose peut aussi vous rendre plus forte, plus combattive, plus déterminée. Transformez cette situation en force : je réussi à me lever tous les matins, à réaliser mes projets, à conseiller les autres. L’endométriose n’est pas une maladie honteuse, il ne faut n’y la cacher ni la taire. Malgré la douleur et le manque de traitements, vous êtes debout et active dans votre vie, preuve de votre ténacité.

Pensez à noter tous les jours dans un carnet de gratitude (relire l’article) tout ce qui vous a rendu heureuse, même les petites choses du quotidien, et restez ancrées dans le moment présent. Je vois beaucoup de femmes atteintes faire preuve d’une force incroyable, comme Laetitia Millot qui est auteure, comédienne, réalisatrice, et se bat contre la maladie et l’infertilité. Relevez la tête, vous en êtes capable aussi.

Et surtout, l’endométriose est une maladie physique mais un accompagnement psychologique est aussi important pour ne pas garder la colère en soi, la transformer en culpabilisation, et provoquer des blocages pour avancer dans la vie.

 

 

Cet article est le votre, pensez à partager vos astuces et conseils pour mieux vivre l’endométriose en commentaires.

You Might Also Like

16 Comments

  • Reply ilia 11 April 2017 at 12 h 35 min

    Coucou ma belle,
    merci pour cette article qui va j’en suis sure en aidait plus d’une. J’en suis arrivée aux mêmes conclusions et astuces que toi de mon côté ce qui me fait dire (en plus de la diminution des douleurs) que nous sommes sur la bonne voie 😉
    Et comme ej vois que le yoga te parle… Cécile Doherty Bigara m’a fait le plaisir de nous concocter pour ma chaîne YT une séance de yoga doux pour nous accompagner pendant ce moment compliqué : https://www.youtube.com/watch?v=WeqX2HHqJsE&t=419s
    Merci encore.
    Je t’embrasse
    Ilia

    • Reply biobeaubon 11 April 2017 at 21 h 48 min

      Hello Ilia,
      Merci beaucoup pour ton commentaire, je viens d’ajouter ta vidéo à l’article. Je vais suivre cette séquence et essayer de la pratiquer régulièrement!
      Oui, à force de recherches on commence toutes à accumuler pas mal d’astuces! Il y a encore quelques options avant de devenir un sac de comprimés 🙂
      A bientôt, xxx Anouchka

  • Reply Lucie 11 April 2017 at 19 h 37 min

    Merci pour cet article complet et sincère.

    • Reply biobeaubon 11 April 2017 at 21 h 48 min

      Merci Lucie!!

  • Reply Agnès 11 April 2017 at 21 h 14 min

    Merci Anouchka. Quelle générosité dans tes articles! Comme toi, je joue et je teste les variables pour essayer de mieux vivre, voire me débarrasser (oui, pourquoi pas, à long terme! ) de cette maladie. Je me rends compte que j’ai la chance de ne pas avoir à prendre de médocs malgré un stade bien avancé. Pêle-mêle : depuis quelques mois, j’ai le réflexe ” bains dérivatif ” dès que je sens l’inflammation empirer. Ca fait beaucoup de bien! Passé le côté bizarre, s’assoir régulierement (idéalement 3-4 h /jour) sur une poche de glace (en contact à travers un tissu avec le fascia du périnée) ce n’est pas bien compliqué. Concernant le café, je n’en bois pas d’habitude, mais depuis deux jours, j’ai fait des écarts :bim! Pareil pour tout ce qui n’est pas “clean”. Dans les deux heures, ventre tout enflé! Je continue à tester l’alimentation (vegan) high carbs/low fat et crue au moins pour moitié, mais ça ne fait que 3 mois, et je fais des écarts réguliers au goûter…Ce que tu dis sur la manière d’accueillir la douleur est très juste. Si au lieu de se crisper, on laisse aller la vague de douleur, en deserrant plutôt qu’en serrant (l’utérus, le périmée, ou les dents!) la douleur est bien moins forte. Je trouve aussi que le yoga aide énormément avant/pendant les règles ( ou l’ovulation ) mais il faut aller en douceur. Le sport aussi. Et notre amie la bouillotte. Qu’on peut mettre pendant un bain dérivatif. Et tout ça sans mordre personne Ca m’arrive parfois de dire que j’ai mes règles et que j’en bave pour qu’on n’attendent pas de moi la même qualité d’écoute ou de patience que d’habitude. Je ne vois pas pourquoi ça devrait être plus tabou qu’un mal de tête.
    Merci pour ton partage! A nous toutes, on va bien finir par trouver la solution miracle A.

    • Reply biobeaubon 11 April 2017 at 21 h 53 min

      Hello Agnès,
      Merci de ton message!
      Je suis retombée dans les anti douleurs après la naissance de mon fils, par manque de temps pour chercher des nouveaux remèdes naturels et par excès de fatigue. Et mon corps a tout simplement dit stop! J’ai décidé de ne plus avaler d’anti douleurs et reprendre un protocole naturel en plus de ma pilule, et je me sens mieux et en forme. Oui les douleurs existent, mais j’arrive à les calmer autrement ou essaie d’être patiente.
      Je ne connaissais pas l’action des bains dérivatifs sur la douleur de l’endo! J’ai des poches de gel à la maison que j’ai utilisé suite après mon accouchement, je vais essayer 🙂
      Et je te rejoins mille fois, il faut dire sans gêne que oui nos règles sont douloureuses et nous rendent moins patientes. Eduquer les autres, c’est important, et ça casse ce tabou stupide.
      Et j’espère bien que l’on finir par la trouver cette solution miracle!

      A très vite! xxx

  • Reply Audrey Mills 12 April 2017 at 9 h 38 min

    Bravo pour ce poste qui traite avec bienveillance de cette maladie….
    Pour ma part je touche du bois je suis en remission…pour l’instant elle dort mais sait-on jamais….Plein de courage à tout le monde car le psychologue joue aussi beaucoup. Bises

    • Reply biobeaubon 18 April 2017 at 10 h 13 min

      Merci Audrey!
      J’espere que cette endo va te laisser tranquille encore un looooooong moment.
      Depuis que j’ai arrete les anti douleurs, et gere la douleur au naturel, je me sens bien mieux. Nouveau depart!
      Bises

  • Reply Letizia 13 April 2017 at 11 h 30 min

    Merci pour cet article authentique. Dans le yoga que je pratique, il y a tout un tas de postures et de variations pour soulager les douleurs de ce genre. Tu m’as vraiment touché avec ce post et ça me donne envie d’écrire plus sur ce sujet. Ta détermination et tes achèvements sont inspirants. Encore merci.

    • Reply biobeaubon 18 April 2017 at 10 h 14 min

      Merci beaucoup pour ces mots Letizia, ca me touche beaucoup.
      N’hesite pas si tu as des sequences de yoga a partager, je les posterais dans l’article!

      A bientot.

      • Reply Letizia 27 April 2017 at 18 h 56 min

        Hello Anouchka,
        Je te laisse le lien de la sequence ici, pour celles qui veulent essayem elle est tres facile et ne demande pas beaucoup de connaissance du yoga. <3
        https://www.la-pratique-du-yoga.com/yoga-et-endometriose/

        • Reply biobeaubon 2 May 2017 at 16 h 06 min

          Merci beaucoup Letizia, je vais l’intégrer à l’article 🙂

          Anouchka

  • Reply sarah 21 April 2017 at 11 h 17 min

    Atteinte également (depuis 20 ans mais je ne connais le diagnostique que depuis 6 mois…), les crises sont devenues plus supportables depuis quelques années. Tu viens de me faire réaliser que ça à changé lorsque j’ai modifié mon alimentation pour passer exclusivement à une cuisine bio, végétarienne, d’inspiration principalement indienne et sans gluten… En voilà une belle révélation! Actuellement en pleine crise, je m’en vais tester ces exercices de yoga en espérant qu’un jour je puisse moi aussi me passer d’anti-douleurs 🙂

    • Reply biobeaubon 25 April 2017 at 20 h 22 min

      Et oui l’alimentation joue énormément. Alors chacune est plus ou moins sensible à certains produits, mais c’est important de les identifier et les réduire. Le yoga a pu t’aider à te détendre un peu ?
      xxxx

  • Reply Saoyiste 26 April 2017 at 15 h 03 min

    Salut 🙂 Et merci pour cet article.
    J’ai 30 ans et j’ai été diagnostiquée début 2015. En juin de la même année, j’ai subi une opération, réussie selon moi car les douleurs ont vraiment disparu, un bonheur !
    Malheureusement, je rencontre un autre problème, cette fois-ci au niveau de la contraception car je ne souhaite pas prendre d’hormones, qui me sont constamment indiquées pour calmer la douleur… et le stérilet au cuivre, que j’avais lorsque l’on m’a diagnostiquée, m’est fortement déconseillée car il pourrait faire revenir la maladie. Donc mis à part le préservatif, je n’ai pas la contraception que je souhaite.
    Puis, j’ai aussi l’impression depuis quelques mois que la maladie revient, les douleurs sont plus aiguës au fil de mes cycles… Donc merci déjà pour tes éléments, ils m’aideront sans doute à gérer au mieux la douleur. Je pense notamment à la naturopathie, que je connais de loin sans avoir pris le temps de me pencher dessus. Le yoga et la méditation m’apaisent déjà énormément pour d’autres maux, et s’avèreront aussi utiles si la maladie venait à réapparaître… Je me fais une raison ^^’

    • Reply biobeaubon 2 May 2017 at 16 h 56 min

      Hello Saoyiste,

      Je comprends très bien ce que tu décris… Malheureusement, sans hormones, chaque cycle risque de provoquer des lésions d’endométriose, car le sans du flux menstruel ne s’évacue pas correctement chez les malades d’endométrioses (tu connais le principe).
      Je ne suis pas enchantée à l’idée de prendre une contraception en continue, ou un stérilet Mirena, mais c’est la seule solution qui permet de mettre le corps au repos…
      La naturopathie aide vraiment à faire une balance hormonale plus équilibrée, et l’acupuncture à éliminer les crises en pratiquant une séance la veille de tes règles. Peut être que l’acupuncture pourrait t’aider à diminuer les douleurs ?
      Comme tu dis, on se fait une raison, et on calme les urgences 🙂
      Plein de courage!

    Leave a Reply