Lifestyle

Cher syndrome de l’imposteur

2 December 2019

 

Le syndrome de l’imposteur et moi c’est une grande histoire d’amour. Je l’ai rencontré assez jeune, à l’adolescence, et depuis lui et moi, on ne se quitte plus.

Il est cette petite voix qui m’empêche d’apprécier une réussite, de croire en moi, ou de toujours penser que tout est dû à un coup de chance.

Prenons quelques exemples concrets, j’ai eu mon BAC du premier coup, par correspondance sans aller en terminale, ce n’était pas une question de capacité, non, mais de chance. Je fais du yoga depuis des années, je mais je me sens mal à l’aise quand on me demande de faire une démonstration. J’adore écrire mais je me sens toujours illégitime quand il s’agit d’écrire pour un*e client*e.

Quand je décroche une opportunité avec un gros enjeu à la clef, impossible de m’auto-féliciter, c’est encore un coup de chance. Je suis peut-être bonne à passer des entretiens, ou des examens qui sait ?

Le syndrome de l’imposteur est vicieux, car il ne m’empêche pas d’avancer, non, je me lance dans de nouveaux challenges, continue ma carrière sans mâcher mon ambition, mais pense systématiquement au début d’une expérience que je ne suis pas à la hauteur, que je suis une arnaque et que tout le monde va s’en rendre compte.

Pourtant, j’ai appris assez rapidement que personne ne maitrise sur le bout des doigts un job avant de le démarrer, et que tout arrive à ceux et celles qui savent se vendre.

Fait amusant, je n’ai jamais ressenti de sentiment d’imposture dans mon rôle de parent. Bien au contraire, c’est là où je me sens le plus solide. Allez comprendre.

Le syndrome de l’imposteur me semble pourtant plus répandu chez les femmes, la société aime répèter depuis des décennies que notre place n’est pas acquise, que l’on ne peut pas prétendre à « bien » ou « beaucoup ». Je ne compte plus le nombre de copines à qui j’ai dû expliquer que oui, elles pouvaient demander un salaire en conséquence de leur expérience, et qu’un homme ne se poserait surement jamais la question.

Parce que je cohabite avec mon syndrome de l’imposteur depuis des années maintenant, j’ai appris à ne plus l’écouter, surtout pas quand il s’agit de postuler, négocier, faire une nouvelle expérience. Il est là, présent, et je lui dit tout simplement de la boucler.

En attendant de trouver la formule magique, j’ai trouvé quelques solutions pour botter les fesses de ce syndrome de l’imposteur

  • Partager, car si on pense souvent que parler de ses faiblesses c’est donner à l’autre une arme pour nous attaquer, c’est aussi un bon moyen de se rendre compte que beaucoup de gens ressentent la même chose. J’ai demandé à mes parents, ou des amis qui ont des carrières impressionnantes, et tout le monde ou presque le vit au quotidien.
  • Se répéter que l’on a les capacités, que l’on est capable, apprendre, maitriser les choses, pour se sentir prêt à embrasser un nouveau défi.
  • Demander régulièrement du feedback à des gens bienveillants et honnêtes. Il est essentiel de se confronter à l’opinion d’autrui et surtout casser l’image dépréciée que l’on peut avoir de son travail.

 

Et sur une note plus personnelle, je me rend compte aussi du privilège que j’ai, en tapant aux portes, ou dans le monde du travail, de ne pas vivre ce qu’on vécu les générations précédentes de ma famille, discrimination, racisme, manque de représentativité, le cocktail idéal pour un syndrome de l’imposteur réussi.

 

Alors soutenons nous, dites à vos amies qu’elles ont du talent, qu’elles sont fortes, qu’elles sont capables, aidez les à faire taire ce satané syndrome de l’imposteur, et poussez les à avancer. Je radote en boucle sur la sororité, mais elle est essentielle pour casser les barrières qui conditionnent les femmes et leur confiance en elles. Bienveillance, entraide, écoute, protection.

 

Ensemble, on est puissantes.

 

Racontez votre relation avec le syndrome de l’imposteur, et partagez  vos méthodes pour s’en débarrasser ! 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Il était une fois : Kahina, le cercle – Biobeaubon | bien être, expatriation, famille et yoga 10 December 2019 at 9 h 08 min

    […] De l’article au projet ? La semaine dernière, j’ai reçu des tonnes (allez) de commentaires et partages d’expériences suite à l’article « Cher syndrome de l’imposteur ». […]

  • Reply Béa 11 December 2019 at 8 h 57 min

    C’est aussi un cher ami à moi.
    J’ai su l’identifier il y a quelques années et pourtant je ne parviens pas à le faire. Il réapparaît fréquemment au gré des situations qui se présentent.
    Merci pour ton article qui pose des mots dessus et me rappelle que je ne suis pas la seule à le ressentir.

  • Leave a Reply