Browsing Tag

expatriation

expatriation, Lifestyle

#summer Partir, une histoire de repères

31 July 2017

 

 

En allant voir ma famille en Normandie, je me suis rendue compte que je considérais cet endroit comme ma “maison”. Pourtant, mes parents ont élu domicile dans l’Orne il y a peut-être 2 ans, et je compte mes visites sur les doigts d’une main. 10 jours, c’est le maximum de temps que j’ai passé dans cette région, et pourtant, je me sens chez moi là bas, chez moi comme à Paris où j’ai vécu 15 ans, Marseille où je suis née, ou Londres où je vis depuis quelques temps maintenant.

Je change de ville comme de décoration depuis ma plus tendre enfance, mes parents ont la bougeotte et j’ai été contaminée à mon tour par le syndrome du carton de déménagement. Il y a eu Marseille, Aix, Toulouse, Lyon, Paris, Montpellier, Washington et Londres. Et évidemment, j’ai déménagé dans plusieurs quartiers, histoire de corser le jeu. Au total, près de 30 déménagements au compteur à 30 ans.

Alors depuis toute petite, j’ai appris à me recréer des repères en un claquement de doigts : quelques objets fétiches, mes animaux, une odeur, et surtout beaucoup d’imagination me suffisait pour se sentir chez moi. Je ne dis pas que la situation était idyllique, loin de là, mais j’en ai au moins tiré des qualités d’adaptations.

À chaque fois que l’on me demande d’où je suis originaire en France, je prends quelques secondes à répondre, et la réponse est longue (et ennuyeuse) : Marseille, mais un peu Paris aussi, et des bouts de villes par-ci par-là.

Paris, est là ville où j’ai passé le plus de temps dans ma vie, celle que je connais par coeur. Je lui ai même dédié un article sur Biobeaubon en 2014. J’adore Paris, je me sens comme à la maison, même si j’y passe désormais quelques jours par an, mais cela renforce mon âme de touriste. C’est la ville des premières fois, de l’adolescence, des sorties, des études, du mariage, des amies.

Alors que Marseille, c’est toute mon enfance, l’histoire de mes parents et d’une bonne partie de ma famille. Il y a toujours une anecdote quand je voyage avec eux en Provence, notre premier appartement, les premiers pas de mon frère, le premier baiser de mon père (et oui), et les odeurs fleuries du mas familial.

Montpellier, le début de la vingtaine, le premier tatouage, les copains, les studios, les voitures avec un A collé à l’arrière, les soirées, les amourettes.

Washington, le saut dans le vide, les forêts, les lacs, les vignobles, les copains, mon Land Rover immense, et la découverte du yoga.

Londres, l’âge adulte, les cafés, les maisons colorées, ma grossesse, la naissance de mon fils.

Et si j’ajoute à tout cela, tous les pays traversés où j’ai accumulé des souvenirs, vous comprendrez pourquoi je n’arrive pas à répondre à la question piège “Mais, tu es originaire de quel endroit ? ” Partout !

Pourtant quitter Paris pour Washington a été un déchirement. Je savais que j’allais réaliser un rêve, que j’avais pris la bonne décision, et pourtant j’étais incroyablement triste de quitter mes repères et surtout ma famille. Ma plus grande chance a été d’avoir des parents qui étaient déjà passé par là, plein de bienveillance et de conseils motivants (de Kleenex aussi).

Aujourd’hui il y à Skype, WhatsApp pour communiquer facilement avec les proches, et je n’ose même pas imaginer la vie des expatriés 30 ans auparavant. Toute ma famille échange quotidiennement des photos sur un groupe WhatsApp, pour ne rien manquer de la vie des enfants et petits enfants. C’est vital de réussir créer de nouveaux rendez-vous, car il nous arrive parfois de ne pas nous voir pendant de longs mois.

Aujourd’hui, j’envisage de partir dans une autre ville, ou un autre pays, et pourtant je n’ai pas peur de quitter mes repères. Londres est un cadre, mais j’aime croire que ma petite famille restera une fondation solide, peu importe l’endroit où l’on ira. Les endroits bougent, mais tant que ça finalement, on retrouve toujours les mêmes odeurs, et les coins de rues qui nous sont familiers. Finalement, on apprend à se créer des repères, à 100m ou 1000km de chez soi.

Petite, j’aimais changer de maison car je pouvais choisir une nouvelle décoration et de nouvelles couleurs pour ma chambre, et m’inventais un monde imaginaire avec 3 cartons de déménagement ou finissais par lire dans l’escalier (chacun ses petites lubies).

Aujourd’hui, j’aime déménager pour découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles cultures. Et pour éviter de se sentir perdu(e), il suffit d’apprendre à recréer sa bulle et transposer ses habitudes: aller dans un cours de yoga, trouver un café cosy, une bibliothèque : un pas après l’autre, un repère après l’autre, il faut accepter de se sentir perdu(e).

Paradoxalement, je veux que mon fils grandisse avec des repères stables, tout en cultivant ses facultés d’adaptation. Il y a un juste milieu entre avoir un pied dans plusieurs pays, et changer d’école et de maison tous les quatre matins non ?

 

Si vous avez peur de déménager, ou même changer de cadre, faites un petit exercice : rappelez vous de la dernière fois où vous avez du changer de travail, ou d’appartement, et du sentiment que vous avez ressenti en posant vos affaires pour la première fois. Perdu(e) ? Très certainement.

Regardez vous maintenant : vous êtes désormais chez vous et chaque recoin de votre bureau ou appartement vous semble désormais familier. Vous pouvez presque décrire la petite fissure au plafond les yeux fermés. Photographiez cet instant T, et répétez vous que vous réussirez à recréer des repères lors de votre prochaine aventure… comme vous l’avez fait dans le passé!

J’essaie de me rapeller de cette sensation, chaque fois que je démarre une nouvelle vie, pour éteindre la petite voix dans ma tête qui répète ” Là, c’est le déménagement de trop !”.

Mais comme Richard Bach le dit si bien :

Brisez vos limites, faites sauter les barrières de vos contraintes, mobilisez votre volonté, exigez la liberté comme un droit, soyez ce que vous voulez être. Découvrez ce que vous aimeriez faire et faites tout votre possible pour y parvenir.  

 

 

 

Êtes vous plutôt maison de famille, été dans le même village chaque année  ou souvenirs aux quatre coins de l’Hexagone ?

Et d’ailleurs, d’où venez vous ?

 

 

 

expatriation, Lifestyle

#summer Une envie de vert et d’ailleurs

26 July 2017

 

Je continue ma série de billets d’humeur de l’été. Tout d’abord, toutes mes excuses pour le bug de commentaires non accessibles sur mes 2 derniers articles, WordPress me fait des blagues ces derniers temps.

Je reviens de 10 jours à la campagne, dans la jolie région de Normandie. 10 jours où j’ai eu la chance de respirer le bon air, et tout simplement ralentir.

J’ai vécu dans des environnements complètements différents ces dernières années : des appartements parisiens, un appartement en pleine nature en Virginie, un appartement dans le centre de Londres et une maison dans le nord-ouest londonien.

Je me rends compte, que je rêve chaque jour de revenir en Virginie au milieu des lacs et forêts, à faire le farmer market chaque dimanche d’été, et me baigner après le travail.

Vivre à Reston était le parfait compromis, une vie plus calme en pleine nature, où tout était accessible en 10 minutes de voiture : commerces, restaurants, complexe de sport, Washington à 30 minutes et New-York en 4 heures.

Quand l’envie d’un week-end urbain nous prenait, on filait à Philadelphie ou New-York pour découvrir de nouveaux restaurants, arpenter les boutiques et les expositions. 3 jours c’était parfait pour prendre un bol d’énergie et d’idées nouvelles, et apprécier notre cocon de nature au retour.

J’adore vivre dans une grande capitale, je rêve de Tokyo, de New-York, de Séoul, mais aspire désormais à une vie plus calme. Ces derniers jours, j’ai mangé des légumes et fruits du jardin, pris le temps de lire sur un transat, fait le tour du lac en fin de journée, et bu du cidre local.

Cette envie de ralentir devient presque viscérale pour les urbain(e)s que nous sommes, je me souviens d’un été à Lanzarote, où nous avons passé 3 semaines sans wifi, à découvrir l’île, lire, écrire, joué de la guitare, et regarder des vieux films avec Elvis Presley. C’était le paradis.

Avoir un enfant a radicalement changé ma manière de vivre, les voyages aussi, et le rat des villes que j’étais a besoin de calme. Les Etats-Unis avec un bébé ne semblent pas une bonne idée, mais des Reston compatibles avec une jeune famille et nos deux jobs, ça doit bien exister ? Des capitales plus petites, des villes plus saines et plus vertes.

Je parle souvent de respirer “le bon air”, et ce n’est pas une expression anodine, loin de là. Londres est une ville extrêmement polluée, respirer à plein poumons est parfois impossible, j’ai même du apprendre à donner de la ventoline à mon tout petit. C’est pourtant vital de le voir respirer sans éternuer, sans siffler.

J’ai la chance de vivre dans une ville qui est un musée à ciel ouvert, culturellement très riche, à l’architecture élégante, mais si peu adaptée aux bébés, et le Brexit nous a aussi beaucoup refroidi soyons honnêtes. Je ne vous cache pas que j’ai 2 destinations en tête, mais on avance pas à pas.

Finalement, je vais au même studio de yoga, apprécie mon café de quartier et déjeune dans mon restaurant coréen favori. Avoir autant de choix autour de nous est il vraiment nécessaire ?

Le casse tête est de trouver un endroit vert, compatible avec nos deux boulots, où mini pourrait grandir sereinement.

Toutes ces pensées en désordre me font réaliser que cette période de changement est passionnante mais surtout nécessaire. Je me rend compte du privilège d’avoir ce genre de réflexion, et n’ai pas pour ambition de faire déménager mon enfant tous les 3 ans, pour l’avoir vécu c’est déstabilisant. L’objectif est de poser enfin nos valises dans le prochain pays d’accueil.

Alors on avance, réfléchi, discute, consulte des tonnes de sites… Suite de ce feuilleton au prochain épisode!

 

Votre avis m’intéresse ! Si je vous dis famille, nature, capitale, Europe … quelles villes vous viennent à l’esprit ?

Angleterre, Etats-Unis, expatriation

Retour sur 4 années à l’étranger. Et demain ?

31 May 2017

Déjà 4 ans. Je me revois encore le 1er juin 2013 à l’aéroport de Roissy, direction Washington avec mon mari et mes 2 chats, à tester la resistance de mon mascara et d’un vieux mouchoir pour éponger les larmes.

Je redoutais ce moment depuis des mois, à mesure que je validais les étapes pour le grand départ : entretiens, signature du contrat, démission, annonce aux proches, résiliations en tout genre, et beaucoup d’au revoir. Pour adoucir ma peur, je me répétais en boucle “Ce n’est qu’un an et demi et si c’est trop dur, la France sera toujours là” tout en sachant qu’au fond de moi tout irait bien, et que je ne rentrerais pas, enfin pas dans un futur proche.

J’avais 26 ans, et je rêvais que ma vie change. Moi qui ai toujours été avide d’expériences et de changements, la stabilité m’étouffe vite, et le train-train perd son charme rapidement. Alors Paris, aussi jolie soit elle, m’avait lassée.

Ce départ j’en rêvais, je traquais depuis longtemps la situation idéale : le job, le visa pour 2, le pays… Je ne suis pas du genre à rêver sans agir, et la vie, je l’ai toujours imaginé aux 4 coins du monde.  Et pourtant, avec du recul, on a tout fait de travers au départ, comme des gamins un peu naïfs, sans mode d’emploi. 4 ans de vie entre 26 et 30 ans, c’est aussi vivre les années du passage à l’âge adulte avec une chance immense de découvrir des choses merveilleuses mais surtout se découvrir en tant qu’humain.

 

Découvertes et premières chutes

A notre arrivée aux Etats-Unis, il a fallu tout reconstruire. Les premières semaines ont été consacrées à la recherche d’un appartement, de meubles et d’une voiture. Sacré investissement pour 1 an et demi, dans une région où les apparts meublés n’existent pas, et les leasings sans historique de permis sont pratiquement impossibles. Il a fallu beaucoup investir pour vivre cette aventure et se donner les moyens de se lancer dans la vie à l’étranger.

Il y a eu les doutes sur le travail, l’éloignement de la famille et des amis, le système de santé américain pas évident à comprendre, mais malgré tout ça, la magie de vivre son rêve peu importe les difficultés. J’ai eu l’impression de vivre dans un décor de film, de gouter de nouvelles saveurs tous les jours, et surtout de me sentir pousser des ailes en me délestant du poids que je trainais depuis des années.

Vivre au milieu de forêts, de lacs, à 30 minutes de Washington, avoir la chance d’aller se baigner tous les jours d’été après le travail, faire du yoga sous les étoiles, et filer à New York pour le week-end, ça valait bien de se casser la gueule, au moins un peu. Je me souviendrais de cette période comme un ascenseur émotionnel perpétuel : bonheur, doutes, stress, peur, et bis repetita.

L’avantage de ne pas vivre au coeur d’une grande ville, a été de rencontrer des gens plus facilement. Des amis(e)s solides, qui vous aident à réparer une voiture, vous emmène à l’aéroport, et qui sont toujours disponibles pour un verre après le boulot. Après plusieurs années à Paris, vivre l’expérience de la “communauté” américaine typique a été reposante : des gens plus accueillants, que l’on croise tous les jours, une vie de petite ville avec ses fêtes et événements, et surtout une impression de simplicité. Les Etats-Unis c’est aussi un terrain incroyable d’exploration, j’ai adoré visiter la côte est, le Texas, le Canada…

 

 

L’herbe est plus verte ailleurs ?

Mais un visa d’un an et demi, c’est aussi une petite voix qui tourne en permanence au coin de notre tête : rester, partir, comment rester, où partir? On a eu cette discussion des centaines de fois, avec l’envie de rester aux Etats-Unis où il faisait bon vivre, où choisir de filer vers de nouveaux horizons. Et le choix n’était pas dicté par l’affect uniquement, mais par l’administratif, et surtout la recherche d’une qualité de vie, d’un système de santé viable et d’une envie de fonder une famille.

Les Etats-Unis, n’étaient pas compatibles avec l’envie d’avoir un enfant, surtout quand on sait que l’on devra faire une PMA, et qu’ensuite, le congé parental inexistant et les prix de gardes exorbitants ne justifient pas l’envie seule de rester. Beaucoup trop de contres dans la balance, en tout cas à cette époque de notre vie.

Alors où aller ? Londres, Singapour ou le Canada, pour des questions professionnelles avant tout, avec une nette préférence pour Londres et la non nécessité d’un visa. Comme d’habitude, quand la vie n’est qu’incertitudes et que l’on s’efforce de planter des pousses partout en prenant soin de les arroser, la situation se débloque un jour, toute seule. Direction Londres! En quelques jours, la mutation de mon mari a été acceptée et j’ai également reçu une proposition de poste au sein de mon entreprise pour la capitale anglaise.

 

 

London calling! 

Retour de l’ascenseur émotionnel, des nuits à se demander à quoi allait ressembler notre vie à Londres, dont je ne connaissais que Camden, le centre et Brick Lane. En cadeau d’arrivée à Washington, j’avais eu le droit à une chirurgie de mon endométriose, et évidemment en cadeau de départ ? Je vous le donne en mille. Mais étrangement, on était sereins et heureux de partir vers une nouvelle aventure, heureux de revoir nos familles et ami(e)s plus régulièrement.

Sauf que Londres, mi novembre, c’est un calvaire. Il fait jour de 8h à 15H30, noir-gris entre les deux, souvent pluvieux aussi. Encore aujourd’hui je redoute cette période dès la rentrée… Mais motivés à poser les bases d’une nouvelle vie, et surtout forts de notre première expérience, nous avons tirés quelques enseignements pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Le reste, c’est une question de bonne étoile, avec un appartement joli et meublé dans un quartier proche de nos boulots. Notre emménagement à été presque facile, malgré des chats refusés à la frontière une première fois et une vie avec 2 valises pendant quelques semaines. Londres est une ville magique, ouverte, où il est possible de découvrir de nouvelles choses chaque week-end.

Il a été plus difficile de rencontrer des ami(e)s dans une ville qui fait 12 fois Paris, mais les belles rencontres existent et surtout nos amis passent régulièrement en week end. Vivre en Angleterre est une bonne occasion de redécouvrir l’Europe, pleine de charme et d’histoire, qui nous avait manqué : la France, l’Italie, le Danemark, Lanzarote, et pousser un peu plus loin nos explorations avec la Gambie et le Japon.

Et après une folle année, l’envie de fonder une famille est apparue plus forte, et après moults rebondissement, j’ai eu la chance de vivre ma grossesse entre Londres et quelques aéroports. Je développerais cette expérience dans un autre article, car envisager une famille à l’étranger n’est pas une décision facile, la France étant un pays incroyable concernant la santé, l’éducation et la famille.

 

 

 

Un bébé et beaucoup de questions

Mais nous voilà en 2017, avec un bébé de 6 mois et des poussières, une vie londonienne plutôt agréable où tout le monde semble avoir trouvé ses marques. J’aime toujours autant cette ville, ses maisons edwardiennes, les pubs, l’humour anglais, les petits cafés, les parcs et les canaux, le sentiment d’avoir encore des tas de choses à découvrir ici. L’anglais est devenu une langue repère, avec laquelle je me sens parfois plus à l’aise pour exprimer certaines idées.

Alors rester ou partir ? Là encore, sur le papier tout semble idyllique, mais il y a eu ce petit truc appelé Brexit. Au début, on n’y croyait pas trop, et puis l’inflation, le pound qui baisse, le pays qui se ferme, et la découverte d’une politique familiale complexe pour deux parents qui travaillent.

Avoir un enfant à l’étranger c’est chercher un endroit où il/elle pourra trouver une bonne éducation, un cadre de vie agréable, et une politique qui soutienne les familles. L’éducation de notre enfant est dictée par l’envie de faire quelques sacrifices pour le voir grandir dans un univers multilingue et multiculturel. Et soyons honnêtes, difficile de voir une amélioration au Royaume-Uni dans les années à venir, c’est donc le retour des grandes discussions.

Où aller ? Comment ? Quand ? On fait des to do lists, on discute avec nos boulots, rêve d’un peu plus de soleil et moins de pollution, passe des heures à faire des recherches, avec cette sensation que je connais trop bien : quelque chose se prépare et se débloquera bientôt, comme pour Washington et Londres. Après 4 ans et 2 pays, on est loin de la naïveté du premier départ,  et connait désormais les points clefs et les pièges à éviter pour une expatriation réussie.

En réalité, je rêve de vivre dans ma jolie ville de Virginie, mais sans problématique de visa ni de politique, avec un hiver moins court. C’est possible ? C’est souvent le casse tête des expatriés qui rêvent, beaucoup, avant de trouver des compromis.

Et la France ? J’aime la France, et je reviens chez mes parents avec plaisir. Avec la chance de les avoir vu déménager vers une nouvelle région que je ne connaissais pas, la Normandie, qui me donne l’impression de m’évader entre campagne et plage à chaque escapade. Alors peut-être que l’on reviendra un jour en France, en province ou peut être même à Paris, tout est une question d’opportunité, mais pour le moment, l’avenir semble ailleurs, encore un peu.

 

 

Ces 4 années à l’étranger m’ont permis de devenir la personne que je voulais être, d’oser, de vivre de nouvelles expériences, de dire non à des amitiés toxiques et oui à des nouvelles personnes positives dans ma vie. A privilégier ma famille, mon couple et mes amis proches, et surtout ne plus douter. Les Etats-Unis m’ont aidé à poser les bases d’une vie plus saine, plus éthique, et j’y ai découvert le yoga, Londres m’aide à développer ce besoin de vie curieuse et sereine. La distance, le temps, ont fermé des blessures et surtout m’ont aidé à ouvrir mon coeur, sans avoir peur de me cacher derrière une personnalité qui n’était pas la mienne. En 4 ans je suis devenue adulte, j’ai pris soin de compiler ces morceaux de ma vie sur Biobeaubon avec une communauté si positive et bienveillante.

 

Alors si même si vous avez peur de sauter dans le vide, lancez vous. En Europe ou de l’autre côté de l’Atlantique, peu importe. L’important est de vivre ses rêves sans regrets. Les conditions ne seront jamais réunies, et l’endroit idéal n’existe pas, mais les compromis existent et l’expérience de se réinventer ailleurs est exceptionnelle.

Ne croyez pas les gens qui vous pensent trop ambitieux(ses), trop jeunes, trop vieux, trop inexpérimenté(e)s, le monde vous appartient. Alors, prenez un crayon, une feuille blanche, notez vos rêves, vos forces, et essayez de trouver une réponse à chaque frein qui empêcherait votre depart.

Partir c’est revenir aussi, un jour, aucun choix n’est immuable. Mais croyez en vous, et osez!

 

Relire mes articles sur l’expatriation 

expatriation

Expatriation : comment gérer sa santé à l’étranger ?

24 August 2016

J’inaugure une nouvelle rubrique sur le blog qui s’intéressera à l’expatriation. Vous pouvez désormais retrouver tous les articles sur la vie à l’étranger en un clic!

 J’ai reçu beaucoup de mails et de questions sur ce sujet : comment construire son projet, partir seul(e) ou en couple, choisir le pays, mais le sujet qui à l’air de beaucoup vous intriguer est la santé.

L’idée n’est pas de vous donner un guide exhaustif de toutes les mutuelles où étudier le système de santé de chaque pays, mais partager surtout des conseils pour bien préparer votre départ!

 

 

Quels sont les examens à faire avant de partir vivre à l’étranger ?

Avant de partir pour la grande aventure, pensez à faire un check up complet : généraliste, prise de sang pour vérifier que vous ne souffrez d’aucune carences, diabète, cholestérol trop élevé et surtout rappel des vaccins. Si vous êtes une femme, un tour chez le/la gynécologue peut être judicieux. Et pour tout le monde : dentiste pour un nettoyage complet et vérifier que vous n’avez aucune vilaine carie, et pour les porteurs/porteuses de lunettes chez l’ophtmalo. A cette liste peut s’ajouter tous les spécialistes comme un(e) dermatologue, cardiologue, urologue et tous les noms en “logues” que vous pouvez imaginer.

L’idée est de baliser un maximum de problèmes éventuels pour partir l’esprit tranquille !

 

Est il possible de garder la sécurité sociale française en vivant à l’étranger ?

Normalement non, à moins de souscrire à la CFE : caisse des français à l’étranger, qui vous permettra de garder le même régime d’assurance. C’est évidemment payant, et s’associe généralement à une mutuelle d’expatrié(e). (site de la CFE)

 

Comment fonctionne le système de santé britannique ?

Le système de sécurité britannique s’appelle le NHS, et couvre du médecin généraliste au spécialiste en passant par les laboratoires d’analyses.

Une fois installé au Royaume Uni, il vous suffira de prendre rendez vous chez un GP (médecin généraliste à choisir dans votre quartier) pour vous enregistrer et obtenir un numéro NHS. Une première consultation se fait avec un(e) infirmièr(e) ou un(e) médecin pour un check up général. Ensuite si vous tombez malade, le GP sera votre référent principal pour les consultations, prescriptions,  et même les analyses sanguines et urinaires (pas de laboratoires privés). Le GP est en charge de vous addresser chez un médecin spécialiste, attention les délais peuvent être longs.

Il faut savoir que sur rendez vous les délais peuvent atteindre 3 semaines, mais beaucoup de GP ont un service de consultation libre (walk in) qui couvre parfois du lundi au dimanche. Par expérience, je n’attends jamais plus de 45 minutes chez mon GP en consultation libre, qui est ouverte de 12h à 20h. Aucune avance de frais n’est demandé dans le système NHS, sauf pour le dentiste (consultation libre, sans passer par un GP). La prescription de médicaments est à un prix unique 8,40£, mais il existe des tarifs dégressifs pour les renouvellements. Attention, les mutuelles ne couvrent pas le prix des médicaments. Les pharmacies proposent beaucoup de médicaments basiques en vente libre. Aussi, les médecins sont assez frileux pour vous prescrire des médicaments sans avoir eu des résultats d’analyses (ce qui semble logique, mais différent en France), et ne vous dirigeront pas automatiquement vers une radio ou un IRM.

La maternité est entièrement prise en charge par le NHS et non par le système privé, sauf si besoin de voir spécialiste en cas de problème. L’accouchement et le suivi doit se faire dans le système public, il existe quelques options dans le privé à des prix très élevés (environ 10 000£ l’accouchement en clinique à Londres).

Il est possible et recommandé d’avoir une mutuelle privée en complément : délais pour voir un(e) spécialiste beaucoup plus courts, choix de la structure, choix du médecin…

Mon assurance a un système différent des mutuelles françaises : pour chaque rendez vous, je dois appeler en amont la mutuelle pour expliquer mon besoin. La mutuelle se donne un droit de validation (je n’ai jamais eu de refus), et vous communique un numéro de prépaiement à transmettre au spécialiste. Aucune avance de frais, et tout est géré entre la mutuelle et le médecin.

Concernant les prix, les entreprises proposent souvent des packages aux employés (comme en France) pour souscrire à une mutuelle privée.

Pour les porteurs de lunettes / lentilles, les ophtalmologues se trouvent chez les opticiens, et on peut bénéficier d’offres très avantageuses pour un check up (10£) ou essai de lentilles gratuit. Ensuite soit la mutuelle vous rembourse vos montures ou lentilles, soit des packages sont proposés en boutiques.

De manière générale, le système britannique peut être déroutant, si vous avez l’habitude de voir le/la même généraliste depuis des années avec un suivi familial, ici les consultations durent 10 minutes et mieux vaut être concis. Mais entre le NHS et ma mutuelle privée, je bénéficie d’un excellent suivi. Attention, certaines mutuelles peuvent vous demander un questionnaire de santé préalable, et exclure certaines conditions de votre contrat.

Site du NHS

 

medical-563427_1920

Comment fonctionne le système de santé américain ?

Il n’existe pas de système de santé public, et tout passe par des mutuelles privées. Je peux vous parler de mon cas, car chaque mutuelle américaine fonctionne différemment. Ma mutuelle pour expatriés était rattachée au réseau AETNA (un des plus grand réseau de santé américain). Je bénéficiait donc d’une couverture sur tous les réseaux de spécialités, ainsi qu’une carte d’exemption de frais dans les pharmacies. L’exception était pour la pilule contraceptive, que je devais avancer et me faire rembourser directement par ma mutuelle, pour environ 300$ le trimestre.

Ensuite, en cas de problèmes mineurs, il existe des walk-in clinics avec l’équivalent des médecins généralistes, ou des walk-in clinic dans les pharmacies (voir supermarchés) avec des infirmier(e)s pour les rhumes, blessures, vaccins, maladies basiques etc.

Beaucoup de médicaments sont en ventes libres dans les pharmacies ou rayons des supermarchés. Comme en Angleterre, les médecins ne vous prescrivent de noms de médicaments mais mais une molécule (pas de Doliprane ou de Smecta). Aux Etats-Unis aucun soucis pour vous prescrire des tonnes de médicaments, comme des anti-douleurs douteux. Vous êtes un(e) client(e) avant tout.

Pour être honnête j’ai du consulter beaucoup de médecins et faire des analyses et j’ai toujours été un peu perdue face au système de santé américain. Mais pour me rassurer, les américains étaient tout aussi perdus vu la complexité de certaines formalités.

Les médecins spécialistes fonctionnent de manière indépendante, sans aucun plafond de prix, j’ai pu dépenser 150$ comme 1500$. Les mutuelles fonctionnent souvent sur un système de co-pay : par exemple la mutuelle prend 60% de la charge et vous 40 %. Renseignez vous bien sur ce point, car une opération peut couter plusieurs dizaines de milliers d’euros (vécu) et le co-pay peut s’avérer astronomique.

Je garde cette anecdote en tête de mon spécialiste qui pour notre première consultation s’est tout simplement vendu, oui j’étais une cliente et non une patiente au départ et il a commencé par me décrire son train de vie luxueux, ses connexions avec la jet-set. C’était sa manière à lui de me montrer qu’il avait pignon sur rue et soignait des gens “importants”. Est venu ensuite la question du payement, et dans mon cas la mutuelle prenant tout en charge, j’ai découvert ensuite le plus compétent et humain des médecins dans sa spécialité. Moyennement finances évidemment.

Les urgences vous reçoivent aussi pour tout problèmes mineurs comme majeur, il suffit de venir avec son permis de conduire (carte d’identité), et son attestation de mutuelle, pour être pris(e) en charge. Si le problème nécessite des visites supplémentaires, un rendez vous avec un spécialiste vous sera attribué.

Les opérations chirurgicales se passent différemment de la France, on entre le matin même pour une opération (et non la veille) et même pour une opération de 3/4 heures, il est normal de repartir quelques heures plus tard. Ne soyez pas étonnés, et les mutuelles d’expatriés prennent en charge une nuit supplémentaire sans problème.

Renseignez vous bien sur votre mutuelle, choisissez une mutuelle appartenant à un réseau important, regardez les conditions de co-pay, demandez des conseils car aux Etats-Unis un pépin peut couter très cher. Les mutuelles d’expatriés peuvent être intéressantes si vous pensez rester 1 ou 2 ans.

 

Je rêve de partir vivre à l’étranger mais je souffre d’une maladie chronique, comment faire ?

Il est possible de vivre avec une maladie chronique à l’étranger, encore faut il bien choisir son pays. Si votre cas nécessite une visite annuelle et un traitement alors une mutuelle peut très bien convenir à vos besoins. Attention encore aux mutuelles qui demandent un questionnaire de santé, et excluent certaines clauses du contrat.

Sinon, la solution alternative est de voir son médecin français 1 ou 2 fois par an, en gardant la CFE et demander une avance de médicaments (possibilité de les avoir pour 6 mois voir un an), ou demander une personne de la famille de vous les envoyer. Encore une fois tout dépend du cas et du pays, mais la situation peut être parfaitement gérable. Certains pays demandent des check-ups complets et excluent certaines maladies chroniques (poumons, reins par exemple) avant d’accorder une résidence permanente. Pensez à bien vous renseigner pour éviter les déceptions dans le futur.

 

Je ne parle pas anglais couramment, ni la langue locale, est ce un soucis pour voir un médecin ?

Les hôpitaux bénéficient souvent d’un système de traduction, et les ambassades mettent à disposition des listes de médecins parlant français, mais cela relève plus du dépannage.

En vivant à l’étranger, on dépasse le simple statut de touriste, et il peut être inconfortable voir dangereux de ne pas pouvoir exprimer son problème à un médecin. Les mutuelles d’expatriés peuvent proposer un service de traduction, mais en cas de problème, mieux vaut être autonome et parler au minimum anglais couramment pour se faire parfaitement comprendre dans l’urgence.

Je me souviens de ma première consultation aux Etats-Unis avec un spécialiste, où il était question d’opération chirurgicale. J’avais au préalable traduit tous les termes médicaux en anglais pour être sure de m’exprimer correctement, et depuis je suis rodée pour voir différents médecins. C’est un vocabulaire à apprendre, comme celui du travail.

Exemple de liste fournie par l’ambassade de Londres pour trouver des médecins français 

 

computer-1149148_1920

Choisir une mutuelle d’expatriés ou locale ?

Tout dépend du pays où vous allez habiter et de vos conditions de travail. Je suis partie aux Etats-Unis avec une mutuelle d’expatriée fournie avec mon contrat (April International) qui prenait absolument tout en charge. J’ai du faire de grosses avances de frais (parfois plus de 1500$) mais tout était remboursé par la suite. Ce genre de mutuelle peut être très couteuse, mais pratique si vous partez sur une période de 2 ans par exemple, ou pour débuter votre expatriation.

Si le pays propose un système de santé correct, il est plus pratique de suivre le système local avec une mutuelle privée en complément. Ce qui évitera les avances de frais et allers-retours de paperasses.

 

La qualité du système de santé locale est elle un critère de choix ?

Oui. Mille fois oui. Par expérience, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer à l’étranger et savoir que le pays propose un système de santé compétent est primordial. A l’étranger on ne bénéficie pas toujours de la souplesse des congés français, et il difficilement imaginable de faire 10 heures d’avion pour voir un spécialiste. Vous devez être sûr qu’en cas de soucis l’hôpital pourra prendre en charge votre problème, où vous adresser à un spécialiste. Etudiez bien les différentes mutuelles, demandez conseils sur des blogs ou dans la communauté d’expatriés locales si besoin.

 

Je rencontre des problèmes de fertilité et envisage de faire une PMA, est ce le bon moment pour partir? 

Non. La France offre un suivi et un encadrement financier PMA excellent, que vous ne trouverez pratiquement nulle part ailleurs. Aussi, le soutien psychologique est indispensable et souvent plus rassurant dans son pays d’origine. Faire des allers-retours d’un pays européen vers la France est possible, mais cela demande une grande souplesse financière et surtout d’emploi du temps et peut être très éprouvant.

Idéalement, ce n’est pas un processus à démarrer à l’étranger dans le cas d’une première expatriation (les coûts peuvent être exorbitants) et les mutuelles locales ou pour expatriés prennent rarement la PMA en charge et si oui, avec une carence d’1 voir plusieurs années. Mieux vaut privilégier un parcours en France avant de partir à l’étranger l’esprit plus tranquille.

 

Je ne tombe jamais malade, une mutuelle est elle obligatoire ?

J’entends souvent cette phrase qui me fait sourire. Ne pensez pas que parce que vous n’avez pas eu de grippe depuis 5 ans, vous êtes à l’abri d’un accident ou une maladie. Si le système public suffit à couvrir tous vos besoins (attentions aux dents / optique), comme au Royaume Uni, alors le système public peut parfaitement faire l’affaire, si non, prenez toujours une mutuelle même basique pour assurer vos arrières. Aux Etats-Unis, un pépin peut couter 100$ comme 20 000$, soyez prévoyants!

 

 

N’hésitez pas à réagir en commentaire ou apporter des précisions sur des pays d’autres que le Royaume-Uni et les Etats-Unis! 

 

Illustration Pixabay.com 

expatriation, Lifestyle, Voyages & Adresses

Croire en ses rêves et changer de vie

21 July 2016

 

Si j’avais du écouter toutes les personnes qui ont tenté de me décourager ces dernières années, je pense que je serais encore sur le canapé de mon appartement parisien à rêver la vie des autres.

Combien de fois avez vous pensé : “Je rêve de le faire, mais c’est trop compliqué ” ?  Je reçois souvent des commentaires ou messages de personnes souhaitant habiter à l’étranger, voyager ou réaliser un projet, mais qui ne savent pas comment démarrer leur projet.

Evidemment qu’un projet se réfléchi, et qu’il est toujours plus prudent de prendre en compte toutes les éventualités avant de se lancer, mais la chose la plus importante est de se focaliser sur les solutions et non les freins. Je m’explique : à la question “Je rêve de déménager au Japon”, les réponses ne peuvent pas être : mais ce n’est pas possible car j’ai 2 enfants, 100 euros de côté, 2 chats, et que je ne parle pas japonais.

Pensez toujours que chaque problème peut trouver sa solution. En étant motivé(e), débrouillard(e), curieux(se), et surtout en se projetant dans le futur, il est possible de réaliser ses rêves.

Quand j’ai démarré le projet de partir vivre à l’étranger, j’avais moi aussi des freins : 2 chats, un mari qui souhaitait poursuivre sa carrière, très peu d’argent de côté, et une santé moyennement accommodante.

La première étape a été de discuter autour des destinations qui pouvaient correspondre à notre couple et nos ambitions professionnelles, et ensuite de regarder quelles étaient les conditions d’obtention de visas.

Ensuite, de chercher les meilleures options pour obtenir ce visa : quels contrats, quels organismes, mutation possible ? changement d’entreprise ?

Une fois le type de contrat trouvé, il a fallu postuler et postuler encore. Plus de 500 CV ont été reçus pour le poste que je visais aux Etats-Unis, et j’ai du moi même en envoyer autant pour trouver mon job. Des refus, il faut se préparer à en essuyer, des remises en questions, des gros moments de doutes, mais si vous avez un objectif, votre motivation doit être le seul moteur.

Une fois le job obtenu (champagne!), toute la partie logistique, administrative et économique est arrivée, aussi désagréable qu’excitante. Chercher un appartement sur Google Maps en croisant les doigts que la ville vous plaira.

Mais sans prise de risques, sans échecs, sans peurs et sans doutes, vous n’irez nulle part. Si votre objectif est de quitter votre job pour devenir votre propre patron, travaillez dur, prenez le temps de définir votre projet, et étudier toutes les opportunités!

Si vous rêvez d’une carrière artistique, travaillez fort, soyez humble et n’ayez pas peur des critiques!

Si vous voulez faire le tour du monde, économisez le moindre centime, gardez votre objectif en tête, abreuvez vous de documentaires de voyage pour préparer votre départ!

Mais surtout, ne commencez jamais par dire “Mais ce n’est pas possible parce que … ” Evidemment qu’il existe des projets plus accessibles que d’autres, alors pourquoi ne pas les découper en étapes ? Le tour du monde peut commencer par un voyage de 2 mois, une carrière artistique par des cours du soir ? L’essentiel est de nourrir votre passion, et avancer sur la bonne voie.

 

En vivant à l’étranger, j’ai réalisé combien il était important de ne pas vivre par procuration, et avoir des regrets. Regarder la vie des autres c’est bien, mais vivre sa propre expérience n’a pas de prix.

Et aujourd’hui encore, quand on nous dit “Mais avec un enfant, voyager et déménager dans un autre pays va être compliqué!”, on se rend compte à quel point sauter le pas nous a rendu légers et sans limites. Il ne faut pas confondre logistique plus importante avec abandon de ses rêves. Je continuerais à poursuivre mes objectifs tout au long de ma vie, seule et en famille.

 

VOUS êtes votre propre moteur, et ne laissez personne rire face à vos projets. Travaillez sans relâche, projetez vous, relevez vous face aux échecs mais surtout : n’abandonnez jamais!

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Lifestyle

Do you speak english ? 한국말 하세요 ? Apprendre une langue étrangère : mes conseils !

23 June 2016

 

Parler une langue étrangère est aujourd’hui devenu indispensable : pour voyager, travailler, étudier, vivre à l’étranger ou tout simplement avoir accès à une base de connaissances plus riche!

Si votre prof d’anglais LV1 au collège vous a donné une aversion contre l’apprentissage des langues étrangères, pas de panique, il n’y a pas d’âge pour se remettre en selle! Grâce à Internet, à différentes applications sur smartphones, et à une profusion de films étrangers disponibles, vous avez déjà à disposition de la matière pour apprendre une langue sans pression et avec une touche de fun!

De mon côté, j’ai toujours aimé les langues étrangères, et mon premier coup de coeur a été l’allemand (mais oui) que j’ai commencé à apprendre très jeune, vers 8 ans, pour ensuite poursuivre au collège et au lycée. J’ai fini par prendre une option langues étrangères pour passer le bac (anglais-allemand) et pris l’avion direction Brême pour une première expérience en immersion de quelques semaines dans la vie germanophone.

Avec un bagage assez solide en anglais, j’ai commencé à découvrir les méandres d’Internet et ses différentes communautés sur des sites principalement en anglais. Ce qui m’a permis de commencer à écrire en anglais, et surtout apprendre à parler de manière moins littéraire et plus spontanée (et sans tomber dans le OMG!!! Awesome babe!!!).

Pendant mes études, j’ai aussi choisi des cursus demandant un fort niveau d’anglais, ce qui demandait parfois beaucoup d’efforts pour rattraper mes chouettes camarades qui avaient fait une année d’échange ou en Erasmus, mais m’a permis de gagner en aisance à l’oral, et surtout dans le monde du travail.

Aujourd’hui, je parle couramment anglais (bilingue signifie avoir exactement la même aisance dans les deux langues, ce qui demande souvent 5 ans au moins d’immersion dans un pays étranger), comprend bien l’allemand même je manque de pratique à l’oral, et apprend le coréen avec pour le moment un niveau basique.

Je me passionne pour l’apprentissage des langues car cela m’a ouvert des portes professionnelles et personnelles, et m’a permis de  partir vivre à l’étranger. Comprendre la vie en VO c’est aussi pouvoir s’ouvrir sur le monde, discuter avec les autres, lancer des débats, et apprendre des choses merveilleuses sur des cultures différentes. Aujourd’hui, je suis de nouveau dans la position du newbie, à savoir la (plus si) jeune étudiante en langue, avec le coréen. L’occasion pour moi de vous livrer mes astuces et conseils pour se lancer dans l’apprentissage d’une langue étrangère et ne pas abandonner!

 

 

pencil-918449_960_720

 

L’immersion dans un pays étranger

Commençons par le plus efficace mais aussi le plus difficile à mettre en place. Par expérience, rien ne vaut l’immersion totale pour apprendre et progresser dans une langue. C’est en vous plongeant dans la vie en VO d’un pays, que vous apprendrez le langage courant, les expressions dans leur contexte, l’accent, la culture et l’histoire du pays, et parlerez avec des natifs(ves) sur place.

J’ai vu mon niveau d’anglais décoller en vivant et travailler aux Etats-Unis et maintenant à Londres, car j’ai pu expérimenter et échanger dans tous les domaines : boulot, amitié, administration, médecine … Mon anglais que je pensais courant en à pris un coup, mais je me rend compte que je n’aurais jamais pu réussir à progresser dans ces expériences.

Alors évidemment cela demande un minimum d’organisation, mais si vous êtes étudiant(e) foncez sur les semestres d’échanges, stages, Erasmus, Movil’app, VIE, qui vous donnerons l’opportunité de partir expérimenter la vie à l’étranger et booster votre niveau de langue!

Pour les autres, le VIE permet au – de 28 ans de travailler jusqu’à 2 ans à l’étranger, le PVT jusqu’à 30 ans (et 35 ans au Canada) dans de nombreuses destinations, les pays de l’UE ne demande pas de visas de travail, et il vous reste aussi de longues (longues) vacances pour les plus économes.

 

Vivre en VO … à la maison

Pour apprendre une langue étrangère et progresser rapidement, il va falloir vivre intégralement ou presque dans son univers. En apprenant le coréen, j’ai commencé à regarder des films en coréen sous-titré, regarder des reportages, des TV-news sous titrés, lire des bouquins en coréen, en bref : me plonger dans un univers en hangul!

Pareil pour l’anglais en arrivant aux Etats-Unis, où j’ai switché toute ma bibliothèque pour ne lire qu’en anglais pendant quelques temps, j’ai aussi sous-titré ma télévision et tous les films que je regardais en anglais pour entendre mais aussi photographier les mots et expressions et me permettre de les ré-utiliser à l’oral comme à l’écrit.

Internet est assez merveilleux pour trouver du contenu média dans toutes les langues, utilisez le intelligemment : choisissez des Youtubeurs(euses) pour apprendre le langage courant, regardez des séries, écoutez de la musique, l’idée est de créer une bulle dans laquelle vous allez vous immerger dans une nouvelle langue!

 

Prendre des cours de langues

Le conseil bateau mais finalement le plus efficace pour se lancer dans l’apprentissage d’une langue. Apprendre une langue, surtout au départ demande de l’investissement et du sérieux : au moins pour apprendre les prononciations, la grammaire etc.

Il est primordial de s’exercer avec un prof ou une personne dont c’est la langue maternelle. J’ai commencé le coréen avec une prof particulière chez moi, car mon emploi du temps ne me permettais pas d’aller dans une école du soir. J’ai appris assez rapidement l’alphabet, la prononciation, et surtout découvert une amie qui a toujours été ravie de me faire partager la culture coréenne, son avis sur la société actuelle, la politique, l’histoire …

J’ai ensuite rejoint un institut de coréen qui m’a refroidie : l’idée du groupe étant plutôt plaisante, mais je n’ai pas aimé le côté compétition et récitation et tout cela manquait cruellement d’échanges! Avec de bonnes bases, j’ai repris chez moi avec mes bouquins et l’aide de mes contacts, et je pense revenir à des cours particuliers pour gagner du temps et éviter le côté école.

Sachez qu’il existe aussi des cours de langue en ligne sur Youtube, qui peuvent être pratiques pour approfondir un sujet, et surtout des cours sur Skype : le principe est le même qu’un cours particulier mais avec un professeur directement dans le pays recherché! Avec l’avantage de profiter de prix plus avantageux, et pouvoir s’adapter à votre emploi du temps!

 

Utiliser des sites et applis mobiles

Pour continuer l’immersion, il va falloir mettre en pratique votre vocabulaire fraichement acquis! Mon application préférée est Hello Talk qui permet de trouver des “partners” pour échanger dans une langue étrangère.

En créant votre profil, il suffit d’indiquer votre langue maternelle (et langue couramment parlée), et la langue que vous souhaitez apprendre et votre niveau actuel. Par exemple, j’aide des coréennes(ens) à parler français et anglais et eux m’aident en coréen. Ce qui est génial avec cette appli, c’est qu’elle permet à l’autre de nous corriger, de lire en phonétique, enregistrer des messages audio, traduire un mot… On rencontre beaucoup de gens et de tous horizons différents! Même si il est difficile de garder un/e correspondant(e) fidèle, il est agréable d’échanger avec des gens en VO, et apprendre de nouvelles expressions. Cela force aussi à parler de manière plus spontanée, et se jeter dans le bain.

Pareil avec Interpals, le site le plus connu pour trouver des correspondant(e)s étrangers dans le monde entier ou Penpals, Mylanguageexchange. Rappelez vous que toutes ces personnes constitueront un réseau de contacts si vous souhaitez un jour partir vivre dans le pays de vos rêves!

 

home-office-336378_960_720

Lire des livres pour enfants

A moins d’avoir un niveau correcte dans une langue, il est complexe de déchiffrer des textes dès le départ. Mon astuce est de lire des livres pour enfants, qui permettre de s’exercer à la lecture, comprendre la structure des phrases même avec un niveau basique. J’avais téléchargé sur mon Kindle au départ des livres en coréen/anglais pour enfants qui m’ont permis de lire et exercer ma compréhension du hangul!

Démarrez avec des histoires simples et essayez de lire un peu tous les jours, être régulier et avancer pas à pas et le meilleur des conseils!

 

Participez à la vie culturelle et construisez un réseau!

Si vous avez la chance d’habiter dans une grande ville, pensez à regarder les sites des ambassades et centres culturels pour trouver des activités et rencontre des gens qui partagent le même objectif. A Londres, le centre culturel coréen organise des festivals de musique, cinéma, des cours de cuisine, de danse, et des cours de langues gratuits.

Il existe aussi des Meet-up qui permettent de rencontrer des natifs ou des personnes qui apprennent aussi une langue et souhaitent pratiquer!

Il serait dommage de ne pas en profiter non ?

 

Soyez réguliers et concentrés sur une langue !

Il vaut mieux prendre 15 minutes par jour pour lire quelques lignes ou échanger avec un contact plutôt que 3 heures tous les mois. Progresser dans une langue demande de la régularité et il est primordial d’y consacrer un peu de temps. Un film, une série, un point de grammaire, une page ou deux d’un bouquin : peu importe mais pratiquez!

Aussi, je vois beaucoup de personnes me dire : j’apprends l’allemand, le néerlandais, et le chinois mais je ne progresse pas vraiment. Partir à zéro dans l’apprentissage d’une langue avec nos cerveaux d’adultes (lents, oui), demande de rester focus sur une langue! Pour éviter les confusions et le manque de régularité mieux vaut se fixer un but : comme atteindre le niveau basique ou intermédiaire avant de se lancer dans un autre projet!

 

Osez, ne soyez pas timide et riez de vos erreurs !

Mon dernier conseil est de mettre tout ego de côté pour apprendre en s’amusant. Je me suis rendue compte en arrivant aux Etats-Unis que mon niveau ne progresserait jamais si je n’abandonnais pas toute timidité. Je me revois encore fuyant la machine à café et les conversations au téléphones. Sachez que vos interlocuteurs comprendront que vous n’êtes pas natifs et pour beaucoup, seront admiratifs de votre effort.

Par contre, restez vous même et ne singez pas les acteurs de séries ou films. Je vois beaucoup de personne cacher un langage moyen en anglais avec du “OMG langage”. Mieux vaut parler simplement, plutôt que d’utiliser des expressions ridicules dans la vie courante.

Votre accent sonne terriblement frenchy ? Ce n’est absolument pas grave, bien au contraire. Le niveau est bien plus important que votre accent, du moment que vos interlocuteurs vous comprennent. Je connais des personnes vivant aux Etats-Unis depuis 20 ans, parfaitement bilingues, mais qui ont toujours un accent très français et cela faut aussi leur charme! Zéro complexe!

Tout le monde fait des erreurs, cherche ses mots, ou écorche une expression, et mieux vaut en rire! Pour progresser il faut parler, et dès le début, ce qui signifie dire le B-A-BA, et demandez aux autres de vous corriger. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, et j’ai récité l’alphabet et les chiffres en coréen à 29 ans devant une classe attentive. Lancez vous!

 

Partagez vos expériences et astuces pour progresser dans une langue étrangère !

 

photos libres de droits Pixabay.com