expatriation

Expatriation : comment gérer sa santé à l’étranger ?

24 August 2016

J’inaugure une nouvelle rubrique sur le blog qui s’intéressera à l’expatriation. Vous pouvez désormais retrouver tous les articles sur la vie à l’étranger en un clic!

 J’ai reçu beaucoup de mails et de questions sur ce sujet : comment construire son projet, partir seul(e) ou en couple, choisir le pays, mais le sujet qui à l’air de beaucoup vous intriguer est la santé.

L’idée n’est pas de vous donner un guide exhaustif de toutes les mutuelles où étudier le système de santé de chaque pays, mais partager surtout des conseils pour bien préparer votre départ!

 

 

Quels sont les examens à faire avant de partir vivre à l’étranger ?

Avant de partir pour la grande aventure, pensez à faire un check up complet : généraliste, prise de sang pour vérifier que vous ne souffrez d’aucune carences, diabète, cholestérol trop élevé et surtout rappel des vaccins. Si vous êtes une femme, un tour chez le/la gynécologue peut être judicieux. Et pour tout le monde : dentiste pour un nettoyage complet et vérifier que vous n’avez aucune vilaine carie, et pour les porteurs/porteuses de lunettes chez l’ophtmalo. A cette liste peut s’ajouter tous les spécialistes comme un(e) dermatologue, cardiologue, urologue et tous les noms en “logues” que vous pouvez imaginer.

L’idée est de baliser un maximum de problèmes éventuels pour partir l’esprit tranquille !

 

Est il possible de garder la sécurité sociale française en vivant à l’étranger ?

Normalement non, à moins de souscrire à la CFE : caisse des français à l’étranger, qui vous permettra de garder le même régime d’assurance. C’est évidemment payant, et s’associe généralement à une mutuelle d’expatrié(e). (site de la CFE)

 

Comment fonctionne le système de santé britannique ?

Le système de sécurité britannique s’appelle le NHS, et couvre du médecin généraliste au spécialiste en passant par les laboratoires d’analyses.

Une fois installé au Royaume Uni, il vous suffira de prendre rendez vous chez un GP (médecin généraliste à choisir dans votre quartier) pour vous enregistrer et obtenir un numéro NHS. Une première consultation se fait avec un(e) infirmièr(e) ou un(e) médecin pour un check up général. Ensuite si vous tombez malade, le GP sera votre référent principal pour les consultations, prescriptions,  et même les analyses sanguines et urinaires (pas de laboratoires privés). Le GP est en charge de vous addresser chez un médecin spécialiste, attention les délais peuvent être longs.

Il faut savoir que sur rendez vous les délais peuvent atteindre 3 semaines, mais beaucoup de GP ont un service de consultation libre (walk in) qui couvre parfois du lundi au dimanche. Par expérience, je n’attends jamais plus de 45 minutes chez mon GP en consultation libre, qui est ouverte de 12h à 20h. Aucune avance de frais n’est demandé dans le système NHS, sauf pour le dentiste (consultation libre, sans passer par un GP). La prescription de médicaments est à un prix unique 8,40£, mais il existe des tarifs dégressifs pour les renouvellements. Attention, les mutuelles ne couvrent pas le prix des médicaments. Les pharmacies proposent beaucoup de médicaments basiques en vente libre. Aussi, les médecins sont assez frileux pour vous prescrire des médicaments sans avoir eu des résultats d’analyses (ce qui semble logique, mais différent en France), et ne vous dirigeront pas automatiquement vers une radio ou un IRM.

La maternité est entièrement prise en charge par le NHS et non par le système privé, sauf si besoin de voir spécialiste en cas de problème. L’accouchement et le suivi doit se faire dans le système public, il existe quelques options dans le privé à des prix très élevés (environ 10 000£ l’accouchement en clinique à Londres).

Il est possible et recommandé d’avoir une mutuelle privée en complément : délais pour voir un(e) spécialiste beaucoup plus courts, choix de la structure, choix du médecin…

Mon assurance a un système différent des mutuelles françaises : pour chaque rendez vous, je dois appeler en amont la mutuelle pour expliquer mon besoin. La mutuelle se donne un droit de validation (je n’ai jamais eu de refus), et vous communique un numéro de prépaiement à transmettre au spécialiste. Aucune avance de frais, et tout est géré entre la mutuelle et le médecin.

Concernant les prix, les entreprises proposent souvent des packages aux employés (comme en France) pour souscrire à une mutuelle privée.

Pour les porteurs de lunettes / lentilles, les ophtalmologues se trouvent chez les opticiens, et on peut bénéficier d’offres très avantageuses pour un check up (10£) ou essai de lentilles gratuit. Ensuite soit la mutuelle vous rembourse vos montures ou lentilles, soit des packages sont proposés en boutiques.

De manière générale, le système britannique peut être déroutant, si vous avez l’habitude de voir le/la même généraliste depuis des années avec un suivi familial, ici les consultations durent 10 minutes et mieux vaut être concis. Mais entre le NHS et ma mutuelle privée, je bénéficie d’un excellent suivi. Attention, certaines mutuelles peuvent vous demander un questionnaire de santé préalable, et exclure certaines conditions de votre contrat.

Site du NHS

 

medical-563427_1920

Comment fonctionne le système de santé américain ?

Il n’existe pas de système de santé public, et tout passe par des mutuelles privées. Je peux vous parler de mon cas, car chaque mutuelle américaine fonctionne différemment. Ma mutuelle pour expatriés était rattachée au réseau AETNA (un des plus grand réseau de santé américain). Je bénéficiait donc d’une couverture sur tous les réseaux de spécialités, ainsi qu’une carte d’exemption de frais dans les pharmacies. L’exception était pour la pilule contraceptive, que je devais avancer et me faire rembourser directement par ma mutuelle, pour environ 300$ le trimestre.

Ensuite, en cas de problèmes mineurs, il existe des walk-in clinics avec l’équivalent des médecins généralistes, ou des walk-in clinic dans les pharmacies (voir supermarchés) avec des infirmier(e)s pour les rhumes, blessures, vaccins, maladies basiques etc.

Beaucoup de médicaments sont en ventes libres dans les pharmacies ou rayons des supermarchés. Comme en Angleterre, les médecins ne vous prescrivent de noms de médicaments mais mais une molécule (pas de Doliprane ou de Smecta). Aux Etats-Unis aucun soucis pour vous prescrire des tonnes de médicaments, comme des anti-douleurs douteux. Vous êtes un(e) client(e) avant tout.

Pour être honnête j’ai du consulter beaucoup de médecins et faire des analyses et j’ai toujours été un peu perdue face au système de santé américain. Mais pour me rassurer, les américains étaient tout aussi perdus vu la complexité de certaines formalités.

Les médecins spécialistes fonctionnent de manière indépendante, sans aucun plafond de prix, j’ai pu dépenser 150$ comme 1500$. Les mutuelles fonctionnent souvent sur un système de co-pay : par exemple la mutuelle prend 60% de la charge et vous 40 %. Renseignez vous bien sur ce point, car une opération peut couter plusieurs dizaines de milliers d’euros (vécu) et le co-pay peut s’avérer astronomique.

Je garde cette anecdote en tête de mon spécialiste qui pour notre première consultation s’est tout simplement vendu, oui j’étais une cliente et non une patiente au départ et il a commencé par me décrire son train de vie luxueux, ses connexions avec la jet-set. C’était sa manière à lui de me montrer qu’il avait pignon sur rue et soignait des gens “importants”. Est venu ensuite la question du payement, et dans mon cas la mutuelle prenant tout en charge, j’ai découvert ensuite le plus compétent et humain des médecins dans sa spécialité. Moyennement finances évidemment.

Les urgences vous reçoivent aussi pour tout problèmes mineurs comme majeur, il suffit de venir avec son permis de conduire (carte d’identité), et son attestation de mutuelle, pour être pris(e) en charge. Si le problème nécessite des visites supplémentaires, un rendez vous avec un spécialiste vous sera attribué.

Les opérations chirurgicales se passent différemment de la France, on entre le matin même pour une opération (et non la veille) et même pour une opération de 3/4 heures, il est normal de repartir quelques heures plus tard. Ne soyez pas étonnés, et les mutuelles d’expatriés prennent en charge une nuit supplémentaire sans problème.

Renseignez vous bien sur votre mutuelle, choisissez une mutuelle appartenant à un réseau important, regardez les conditions de co-pay, demandez des conseils car aux Etats-Unis un pépin peut couter très cher. Les mutuelles d’expatriés peuvent être intéressantes si vous pensez rester 1 ou 2 ans.

 

Je rêve de partir vivre à l’étranger mais je souffre d’une maladie chronique, comment faire ?

Il est possible de vivre avec une maladie chronique à l’étranger, encore faut il bien choisir son pays. Si votre cas nécessite une visite annuelle et un traitement alors une mutuelle peut très bien convenir à vos besoins. Attention encore aux mutuelles qui demandent un questionnaire de santé, et excluent certaines clauses du contrat.

Sinon, la solution alternative est de voir son médecin français 1 ou 2 fois par an, en gardant la CFE et demander une avance de médicaments (possibilité de les avoir pour 6 mois voir un an), ou demander une personne de la famille de vous les envoyer. Encore une fois tout dépend du cas et du pays, mais la situation peut être parfaitement gérable. Certains pays demandent des check-ups complets et excluent certaines maladies chroniques (poumons, reins par exemple) avant d’accorder une résidence permanente. Pensez à bien vous renseigner pour éviter les déceptions dans le futur.

 

Je ne parle pas anglais couramment, ni la langue locale, est ce un soucis pour voir un médecin ?

Les hôpitaux bénéficient souvent d’un système de traduction, et les ambassades mettent à disposition des listes de médecins parlant français, mais cela relève plus du dépannage.

En vivant à l’étranger, on dépasse le simple statut de touriste, et il peut être inconfortable voir dangereux de ne pas pouvoir exprimer son problème à un médecin. Les mutuelles d’expatriés peuvent proposer un service de traduction, mais en cas de problème, mieux vaut être autonome et parler au minimum anglais couramment pour se faire parfaitement comprendre dans l’urgence.

Je me souviens de ma première consultation aux Etats-Unis avec un spécialiste, où il était question d’opération chirurgicale. J’avais au préalable traduit tous les termes médicaux en anglais pour être sure de m’exprimer correctement, et depuis je suis rodée pour voir différents médecins. C’est un vocabulaire à apprendre, comme celui du travail.

Exemple de liste fournie par l’ambassade de Londres pour trouver des médecins français 

 

computer-1149148_1920

Choisir une mutuelle d’expatriés ou locale ?

Tout dépend du pays où vous allez habiter et de vos conditions de travail. Je suis partie aux Etats-Unis avec une mutuelle d’expatriée fournie avec mon contrat (April International) qui prenait absolument tout en charge. J’ai du faire de grosses avances de frais (parfois plus de 1500$) mais tout était remboursé par la suite. Ce genre de mutuelle peut être très couteuse, mais pratique si vous partez sur une période de 2 ans par exemple, ou pour débuter votre expatriation.

Si le pays propose un système de santé correct, il est plus pratique de suivre le système local avec une mutuelle privée en complément. Ce qui évitera les avances de frais et allers-retours de paperasses.

 

La qualité du système de santé locale est elle un critère de choix ?

Oui. Mille fois oui. Par expérience, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer à l’étranger et savoir que le pays propose un système de santé compétent est primordial. A l’étranger on ne bénéficie pas toujours de la souplesse des congés français, et il difficilement imaginable de faire 10 heures d’avion pour voir un spécialiste. Vous devez être sûr qu’en cas de soucis l’hôpital pourra prendre en charge votre problème, où vous adresser à un spécialiste. Etudiez bien les différentes mutuelles, demandez conseils sur des blogs ou dans la communauté d’expatriés locales si besoin.

 

Je rencontre des problèmes de fertilité et envisage de faire une PMA, est ce le bon moment pour partir? 

Non. La France offre un suivi et un encadrement financier PMA excellent, que vous ne trouverez pratiquement nulle part ailleurs. Aussi, le soutien psychologique est indispensable et souvent plus rassurant dans son pays d’origine. Faire des allers-retours d’un pays européen vers la France est possible, mais cela demande une grande souplesse financière et surtout d’emploi du temps et peut être très éprouvant.

Idéalement, ce n’est pas un processus à démarrer à l’étranger dans le cas d’une première expatriation (les coûts peuvent être exorbitants) et les mutuelles locales ou pour expatriés prennent rarement la PMA en charge et si oui, avec une carence d’1 voir plusieurs années. Mieux vaut privilégier un parcours en France avant de partir à l’étranger l’esprit plus tranquille.

 

Je ne tombe jamais malade, une mutuelle est elle obligatoire ?

J’entends souvent cette phrase qui me fait sourire. Ne pensez pas que parce que vous n’avez pas eu de grippe depuis 5 ans, vous êtes à l’abri d’un accident ou une maladie. Si le système public suffit à couvrir tous vos besoins (attentions aux dents / optique), comme au Royaume Uni, alors le système public peut parfaitement faire l’affaire, si non, prenez toujours une mutuelle même basique pour assurer vos arrières. Aux Etats-Unis, un pépin peut couter 100$ comme 20 000$, soyez prévoyants!

 

 

N’hésitez pas à réagir en commentaire ou apporter des précisions sur des pays d’autres que le Royaume-Uni et les Etats-Unis! 

 

Illustration Pixabay.com 

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Lucie 24 August 2016 at 15 h 42 min

    Petite précision: en Angleterre le NHS donne des cartes de “medical exemption” pour les gens qui ont des “medical conditions” qui requièrent un traitement permanent. C’est le GP qui la donne et grâce à cette carte on ne paie pas ses médicamments et pas seulement ceux qui sont liés à la “medical condition”, il suffit de la présenter à la pharmacie. Du coup, on ne paie pas les £8.40 de la prescription.

    • Reply biobeaubon 24 August 2016 at 15 h 44 min

      Très juste merci ! J’en ai une en étant enceinte qui couvre la maternité et les 18 premiers mois de mon enfant!

      • Reply Lucie 24 August 2016 at 21 h 01 min

        Ah je savais pas que ca marchait aussi pour la maternité et les 18 premiers mois (bon c’est vrai que je n’ai pas eu à poser la question non plus), c’est bon à savoir 🙂

  • Reply Caro 24 August 2016 at 17 h 04 min

    Super article, merci ! Pour le NHS rien à redire, tu as été super claire ! J’apprends en lisant le commentaire ci-dessus l’existence de cette carte “medical conditions”. Dommage, là on va bientôt s’en aller mais ça m’aurait bien servi pour les 3 dernières années ! Sinon, aussi, ici ils sont un peu plus économes sur certains examens : quand j’étais en Belgique et quand j’ai habité en France, mon médecin me prescrivait une IRM ou un scanner par an pour me suivre. Ici, en trois ans, j’ai juste eu des prises de sang et analyses du même genre. Et aussi une échographie (qui ne sert à rien pour me surveiller :p). Mais à chaque fois que je mentionnais IRM/scanner, le spécialiste balayait ça du revers de la main en me disant que mes analyses de sang étant excellentes et mes autres données (poids, etc.) aussi, il n’en voyait pas l’utilité…
    Par rapport au spécialiste, je suis suivie ici dans un hôpital public et si sur les lettres du médecin, c’est toujours le même nom de médecin qui est mentionné, je n’ai en fait jamais vu ce docteur : à chaque fois, je vois ses assistants (sur quatre ou cinq rdv j’ai du voir uniquement deux fois la même personne). C’est toujours un peu bizarre, surtout que la plupart du temps je ne connais pas le nom du médecin que j’ai vu en réalité vu que son nom n’apparaît nulle part : ni sur la porte, ni sur les demandes d’analyses ou les courriers.
    Pour ce qui est des USA, tu confirmes mes appréhensions. Il faut que je m’attèle à lire le contrat de l’assurance santé proposée par la boîte de mon mari… C’est toujours un peu stressant quand on arrive au chapitre sur la couverture des maladies chroniques.
    En tous cas merci encore 🙂

    • Reply biobeaubon 24 August 2016 at 19 h 50 min

      Merci et ravie que l’article soit utile! Pour l’exemption card, je l’ai pour ma maternité, mais pas pour mon endométriose qui est pourtant une maladie chronique.
      Je partage aussi ton point de vue sur les examens, ils sont beaucoup plus économes, sauf quand tu as vraiment un soucis urgent. Du coup je jongle entre ma mutuelle pour voir UN médecin, et le NHS, mais comme toi j’ai appris à être moins suivie, et finalement les choses se passent bien.
      Pour les sages femmes quand tu es enceinte c’est comme avec ton spécialiste : je vois beaucoup de gens, et jamais les mêmes.
      Concernant les Etats-Unis, n’hésites pas si tu as des questions, soit bien vigilante sur les remboursements, le co-pay, et si tu n’as pas de clause sur ta maladie chronique. Sinon, une assurance d’expat pourrait te convenir, j’en été très contente malgré toutes mes péripéties.
      Tiens moi au courant! 🙂

  • Reply Val 25 August 2016 at 8 h 49 min

    Très instructif merci et de bons conseils…continuez comme cela

  • Leave a Reply