Lifestyle

Débordée, une question de priorités ?

10 July 2018

Juillet 2018, le constat est clair : je n’arrive plus à mener à bien tout ce que je prévois de faire. Travailler, passer du temps en famille (sans faire 2 choses à la fois), alimenter le blog, publier mon podcast, lire, faire du yoga, et : ne rien faire.

J’apprends à ne plus dire « je n’ai pas le temps » mais « ce n’est pas ma priorité », et surtout prioriser mes objectifs et comment m’organiser au mieux.

Mais soyons honnête, ma vie ressemble à un Tetris géant. Quand je conduis pour aller au travail ou sur le chemin de la crèche, j’écoute des podcasts et des livres audio, quand mon enfant est couché je file au yoga ou le samedi/dimanche quand mon cher et tendre ne travaille pas. J’ai décidé de placer le yoga en priorité en ce moment, car il est essentiel à mon équilibre, à mon corps et mon esprit. Je me sens plus concentrée, forte et sereine et évite les séances chez l’ostéo. Mais cela signifie moins de temps de repos à la maison, ou devant le blog.

Alors pourquoi ma vie est-elle devenue si compliquée à gérée ? J’ai changé de travail, et mon home office a fait place à des trajets en voitures ou des courtes pauses déjeuners. Mais je ne regrette rien, et me vois approfondir des sujets et évoluer dans mes connaissances, moins confortable mais très formateur. 

Mon enfant ne fait plus de longues siestes le week-end, se couche plus tard, et surtout il est désormais en âge de courir partout, à défaut de jouer sur un tapis d’éveil.

 Je pourrais établir un planning, comme celui que je tiens pour le yoga, mais ma journée est si disciplinée entre enfant et travail, que je ne m’imagine pas m’épanouir dans un emploi du temps militaire. Mais finalement, j’en viens à me dire que mes objectifs sont pourtant clairs : je ne veux pas abandonner cet espace, ni retarder encore la sortie de mon podcast.

Moins mais mieux, mais moins est frustrant.

Alors, cette année est complexe en terme de changement, en terme de repos, comme souvent quand on change de pays et que les vacances sont limitées, et surtout être un parent actif requiert beaucoup de souplesse et de recul. J’ai choisi d’habiter loin de ma famille, ce qui limite à zéro les moments sans enfant.

Je me demande comment font les autres ? Existe t-il des bonnes pratiques ? Pourquoi il n’existe pas de situations parfaites ?

J’ai donc acheté un moodbard en liège (digital native), pour faire une « inspirational board », avec des mots, des images, des photos de mes objectifs et tout ce qui m’inspire. L’idée est de m’en infuser au réveil et au coucher, inconsciemment, ou presque.

En attendant, j’ai fait une liste des articles en retard, des marques éthiques très chouettes à vous faire découvrir, des voyages (Copenhague, Lisbonne, la Sicile…), je garde les histoires d’expatriations pour le podcast. Parce que ça vaut la peine de garder ma bulle d’oxygène et créer du contenu pour une communauté que je chéris tant !

Je vais avancer avec un planning, et tenter de m’y tenir et surtout voir si cela ne me crée pas de stress … ça serait contre-productif. 

Et si vous avez des astuces à partager sur l’organisation : je suis toute ouïe ! 

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Fanny 10 July 2018 at 8 h 58 min

    Et tu arrives à rester motivée ? Je n’ai pas d’enfant mais avec mon boulot et mes différents projets professionnels ou personnels, je suis parfois à bout d’énergie avec juste envie d’allumer Netflix et de chiller dans mon canapé.

  • Reply Audrey 10 July 2018 at 9 h 49 min

    Ton article résonne en moi car c’est exactement ce qui se passe dans ma vie, plein d’envies et beaucoup de choses à faire mais le temps de presque rien.
    Des mois que je n’ai pas mis un pied au studio de yoga, des semaines que je n’ai pas glandé un WE ou un soir… ça me manque.
    Je déménage bientôt je suis dans les cartons, et je vois ce déménagement comme un nouveau départ, une nouvelle organisation à venir… mais que je n’ai pas encore trouvée !
    Bon courage !

  • Reply La parenthèse psy 10 July 2018 at 10 h 02 min

    Je me demande comment tu fais pour gérer ! Déjà moi sans enfants, c’est une cata. Du coup, comme toi, j’ai revu mes priorités et j’ai décidé de passer à mi temps. Le salaire de mon compagnon me le permet et ça me permet aussi de monter mon entreprise à côté ! Que du bénéf et je suis plus épanouie !

    A bientôt,
    Line
    https://la-parenthese-psy.com/

  • Reply Griset Adeline 10 July 2018 at 13 h 17 min

    Hello ! Alors je comprends ce que tu vis mais je tiens à te rassurer aussi, cela s’arrange avec bébé qui grandit. Benjamin a 2 ans et demi et je trouve ça déjà plus simple. Et puis il faut bien le dire aussi, on se rode avec le temps . La rentrée scolaire approchant je sais que cela va encore bouger mais j’ai déjà obtenu de ma nounou qu’elle fasse les repas et que je n’ai plus cette partie la à gérer ! On avance, doucement mais sûrement vers une organisation à l’équilibre pour nous 3… et puis j’ai décidé de reprendre une activité physique régulière 2 fois par semaine et pris le parti aussi de le faire le soir plus tard pour avoir le temps d’organiser le dîner et le bain et ne pas mettre une contrainte irréaliste a mon mari (il est indépendant). Nous construisons au fur et à mesure et nous nous adaptons aussi avec l’experience. Bises

  • Reply Irène 11 July 2018 at 12 h 27 min

    J’appréhende un peu le début de ma thèse en septembre (ce n’est pas comme un enfant mais c’est chronophage aussi), alors que depuis deux ans j’étais très disponible… Je me fais des listes sur le bullet journal tout en me mettant en tête que l’idée n’est pas de tout faire mais justement de repérer ce qui est prioritaire une fois que tout est mis sur la table 🙂

  • Reply Cialis 13 July 2018 at 10 h 57 min

    Biobeaubon, thank you ever so for you post.Much thanks again.

  • Leave a Reply