Browsing Category

Voyages & Adresses

Angleterre, Voyages & Adresses

Londres city guide : Camden et Primrose Hill

16 November 2016

 

Si je devais vous conseiller une ville à visiter toute l’année, ça serait Londres sans hésitation! La capitale londonienne ne dort jamais : l’été et les festivals, le printemps et l’automne pour profiter des parcs et des canaux, et l’hiver pour admirer les décorations de Noël.

Si vous prévoyez de venir à Londres en fin d’année, voici une sélection de mes endroits favoris à ne pas manquer dans les quartier de Camden et Primrose Hill.

 

 

Camden

Camden est situé au nord de Londres, et des milliers de touristes y affluent tous les jours pour visiter le célèbre marché aux puces. J’ai coutume de dire qu’il existe toujours quelque chose à faire à Camden, flâner dans le marché, déjeuner dans un restaurants, faire un tour le long du canal, ou découvrir une des brasseries locales. L’ambiance est électrique et les rues sont bondées de touristes, londoniens, punks, personnes âgées, enfants, bref un véritable melting pot londonien!

 

Camden Lock 

Le fameux marché aux puces de Camden, ouvert tous les jours de la semaine. Incontournable, il est à visiter au moins une fois si vous venez à Londres. On y trouve des vêtements, des dizaines de stands de street-food pour découvrir de la cuisine du monde entier (du choix vegan et sans gluten), des brocanteurs, et des souvenirs kitsch.

Camden Lock est particulièrement bondé le samedi et dimanche, profitez peut-être de venir en semaine pour éviter la foule et déambuler tranquillement dans les allées.

 

Cookies and Scream

Un passage obligé si vous visitez Camden Lock : Cookies and Scream, une pâtisserie vegan et sans gluten, qui propose des cookies, banofees, milk-shakes, brownies et autres délicieux gâteaux. Je n’ai jamais été déçu par Cookies and Scream, c’est tout simplement délicieux, sucré et gourmand. A noter, que la pâtisserie est un stand (il est possible de s’assoir plus loin), et n’accepte que les espèces.

Pour trouver le stand : à l’entrée de Camden Lock, repérez le stand de jus d’orange, avancer tout droit pour trouver un panneau “Cookies and Scream” sur votre gauche.

The Market Hall, Camden Lock Pl, London NW1 8AF / site

 

Triyoga

Pour les amatrices/amateurs de yoga, le centre de Triyoga Camden est une adresse incontournable. Un véritable havre de paix : studios spacieux et lumineux, salles de méditation, sauna, salles de soin café/restaurant vegan et une boutique où il est difficile de ne pas craquer…

Pensez à consulter le planning, il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance, même si certains cours sont particulièrement populaires. L’ambiance est chaleureuse, on trouve des dizaines de cours de yoga adaptés à chaque besoin et les profs sont triés sur le volet. Si vous restez plus longtemps à Londres, pensez à jeter un coup d’oeil sur le programme des workshops!

57 Jamestown Rd, London NW1 7DB / site 

 

Tanh Binh

Pour les amateurs/amatrices de cuisine vietnamienne, Tanh Binh est un petit restaurant situé en face de Camden Lock qui propose une cuisine délicieuse avec beaucoup d’option végétarienne, vegan et sans gluten (mention spéciale pour les rouleaux de printemps et le bo bun). Les prix sont très abordables et l’accueil chaleureux.

14 Chalk Farm Rd, London NW1 8AG / site

 

Mildreds

Le célèbre restaurant végétarien à ouvert un restaurant dans le quartier. A l’abri de la foule de Camden Lock, Mildreds n’en reste pas moins populaire, pensez à réserver pour diner car le restaurant peut vite afficher complet. Mon conseil ? Venir pour le déjeuner ou le brunch pour éviter l’ambiance bruyante et déguster la cuisine raffinée au calme. Au menu ? Curry, burrito, burgers, salades, woks à tomber! Et ne manquez pas le pavlova vegan aux fruits rouges en dessert!

 9 Jamestown Rd, London NW1 7BW / site 

 

Brew Dog 

Envie d’une bière anglaise ? Brewdog est un incontournable à Londres. Au menu : bières (vegan) pour tous les goûts, de la célèbre Punk IPA en passant par la Nanny State, surprenante bière sans alcool. A noter qu’il existe des bières sans gluten. Il est également possible de déjeuner ou diner car Brewog propose une carte vegan. Idéal pour passer un dimanche après midi pluvieuse typiquement anglaise, avec une bière et un jeu de société!

 113 Bayham St, London NW1 0AG / site

 

 

 

Primrose Hill 

hanover-guides-header-primrose-hill-3_r1

De passage à Camden, ne manquez pas de visiter Primrose Hill, un des quartiers les plus mignons de Londres. Chic et coloré, Primrose ressemble à une véritable carte postale!

 

Coucher de soleil à Primrose Hill 

Primrose Hill offre une vue exceptionnelle sur Londres par le Regent’s Park. Si vous êtes assez chanceux(euses) pour venir un jour de beau temps, pique-niquer en fin de journée pour admirer le coucher de soleil est un moment assez magique.

 

Manna

Manna est surement le meilleur restaurant vegan de Londres. La cuisine est délicate et raffinée, entre cuisine créative et plats traditionnels anglais. Très prisé, pensez à réserver car les diners (et particulièrement le week-end) sont souvent bookés plusieurs semaines à l’avance.

4 Erskine Road, London NW3 3AJ / site

 

Sweet Things

Pour un tea time sucré, direction Primrose Bakery la plus mignonne des patisseries du quartier. La boutique propose toute sorte de gâteaux (avec des options vegan, gluten free) et de délicieuses boissons. En été, les plus chanceux pourront même déguster une glace ou un iced coffee en terrasse!

138 Regents Park Road London, NW1 8XL / site 

 

Greenberry 

D’humeur matinale ? Greenberry est l’adresse parfaite pour un petit déjeuner ou un brunch! Granola, porridge, pancakes, avocado toats : tout est délicieux et gourmand! Et pour ne rien gâcher, l’ambiance est raffinée et cosy, de quoi bien commencer la journée!

101 Regents Park Rd London NW1 8UR / site

 

Ripe Kitchen

Ambiance healthy chez Ripe Kitchen, où j’aime venir prendre un café et lire un livre l’après midi. Ici, on trouve des gâteaux et plats vegan, végétarien et même gluten-free pour satisfaire tout le monde! A noter que le café et le chai sont vraiment délicieux. Pour une goûter ou un déjeuner sur le pouce, Ripe Kitchen est toujours une bonne idée!

136 Regents Park RoadLondon NW1 8XL  / site 

 

 

Partagez vos adresses favorites à Camden et Primrose Hill en commentaires! 

 

Credit photo Pixabay

 

Maternité, Voyages & Adresses

Voyager sereinement tout au long de la grossesse

27 October 2016

 

 

En matière de voyage pendant la grossesse on a tendance à entendre tout et surtout son contraire : il est inconscient de voyager en étant enceinte, il n’est pas nécessaire de prendre plus de précautions que d’habitude ou le fameux “les secousses en voiture provoquent des accouchements précoces”.

J’ai voyagé du premier jour de ma grossesse (ou presque) jusqu’au 7e mois, au Royaume-Uni, France, Italie, Danemark, et sur l’île de Lanzarote.

9 mois sans escapades n’aurait pas été envisageable, à moins de complications médicales. Vivre ma grossesse dans plusieurs pays a toujours été une envie forte, pour avoir des souvenirs dans plusieurs partie du globe, mais aussi apprécier ces derniers mois à deux dans une bulle.

Mon premier conseil serait de voyager si uniquement vous êtes à l’aise et sereine. Si faire des valises, découvrir des endroits inconnus, ou ne pas être proche de votre sage-femme vous angoisse, mieux vaut s’écouter plutôt que de vivre une situation de stress.

Cette année par exemple, il a fallu éviter Zika dans la majeure partie des pays chauds, ce qui a réduit drastiquement les destinations possibles. Renseignez vous sur les conditions sanitaires et virus, la santé de votre bébé est prioritaire sur use envie d’évasion.

La grossesse doit être un moment aussi zen que possible, où le lâcher prise est indispensable. Certaines femmes préfèrent rester à la maison ou s’entourer de choses familières et d’autres vivre cette expérience différemment. Il n’y a aucune règle, si ce n’est avant tout de s’écouter.

 

La trousse de secours 

Avant le départ, pensez à préparer une trousse ” de secours ” pour affronter tous les imprévus

  • mélange homéopathique anti-nausées (à valider avec sa sage-femme)
  • des bas de contentions
  • bracelet anti-nausées (exemple avec un modèle en mousse)
  • des fleurs de Bach Rescue pour calmer les petites angoisses
  • une gourde
  • un gel nettoyant sans eau
  • un foulard pour éviter de tomber malade avec la climatisation
  • un veinotonique naturel (à valider avec sa sage-femme)
  • une lotion anti jambes-lourdes

 

En avion

Les voyages sont recommandés surtout pendant le deuxième trimestre. Par sécurité, il est rassurant de pas s’éloigner de sa sage femme le premier trimestre, mais aussi si vous êtes sujettes aux nausées. Demandez toujours l’avis de votre sage-femme / gynécologue, je n’ai dans mon cas jamais eu d’interdictions.

Les voyages pendant le deuxième trimestre sont souvent plus agréables, après la première échographie par exemple, et avant que le ventre deviennent trop encombrant. J’ai pris l’avion une dizaine de fois de 45min à 4H30, en respectant plusieurs règles :

  • porter des bas de contention (si vous ne résidez pas en France où les bas sont remboursés, Scholl fait des bas de contentions très confortables et discrets)
  • bien s’hydrater avant, pendant et après le vol
  • porter des vêtements amples (éviter tout ce qui peut serrer le ventre, ou les chevilles)
  • manger léger et idéalement de la nourriture faite maison (salade, quinoa, fruits…)
  • idéalement réserver une place avec une place plus large pour les jambes et un embarquement prioritaire
  • marcher régulièrement (toutes les 30 minutes) dans l’avion
  • prendre éventuellement un veinotonique

L’avion reste un moyen très confortable de voyager jusqu’au 7 mois, ensuite le dos et le ventre deviennent plus sensibles pour supporter plus de 1H30 de vol. Affronter seule l’enregistrement, le bagage, les escaliers et les transports peut vite devenir éprouvant.

Si vous voyagez pendant le 3e trimestre pensez contacter votre compagnie, car certaines acceptent des femmes enceintes à bord jusqu’à la 36e semaines, d’autres réclament un certificat de votre médecin pour vous accepter à bord.

Par sécurité j’ai voyagé avec un certificat dès le 6e mois, pour éviter tout blocage éventuel. Et ne paniquez pas pendant le décollage et l’atterrissage (même un peu mouvementé), bébé est bien au chaud et protégé.

thumb

En bateau 

Si comme moi, un tour sur les iles de Capri et Ischia vous intéresse, il va falloir vous préparer à voyager en ferry de plus d’une heure. Même si les nausées du premier trimestre sont un lointain souvenir, attention au bateau, ses mouvements et odeurs d’essence qui pourraient vous rendre malade.

J’ai expérimenté une première traversée de 45 min, sans aucun soucis, la mer était calme, et j’avais choisi une place en plein air à l’étage. Aucune nausée, ni angoisse particulière. 2e expérience pour me rendre à Ischia, avec une traversée plus longue -, un jour de mer agitée, avec la fausse bonne idée de voyager à l’intérieur. Résultat ? Des nausées, et un moment particulièrement désagréable.

Mon conseil : emportez toujours avec vous un bracelet d’acupuncture anti-nausées, qui soulage efficacement ce genre de situation. Sans bracelet ? placez votre index et votre majeur sur votre poignet sous la pliure, le point qui soulage les nausées se trouve à la place de l’index. Appuyez fort votre pouce sur ce point pour faire passer la nausée.

Au retour, j’ai choisi de voyager en plein air pour éviter la chaleur et les odeurs d’essence, et la traversée s’est beaucoup mieux passé. Pensez idéalement à ne pas voyager enfermée, quand la mer est trop agitée et si possible sans avoir le ventre trop plein.

 

En voiture

Beaucoup de femmes conduisent jusqu’au jour de l’accouchement sans aucun problème. Mais une vieille légende continue d’effrayer les femmes enceintes : les secousses provoqueraient un accouchement prématuré.

J’ai posé la question à ma sage-femme qui m’a expliqué qu’à moins de faire un rallye à 8 mois de grossesse, dans une voiture dotée de mauvaises suspensions, il n’existait aucune contre indication.

Pensez simplement à bien étendre vos jambes, placer la ceinture sous la ventre, et surtout faire des pauses régulières pour marcher et bien s’hydrater. Si vous êtes sujettes aux nausées, le bracelet d’acupuncture peut être efficace, ou un mélange homéopathique.

 

thumb-2

En train

Le train est le moyen le plus confortable de voyager quand on est enceinte : aucun soucis de pression, il est facile de se déplacer pour marcher régulièrement, et les places sont souvent plus spacieuses que dans un avion. Le seul soucis ? Les autres, ou plutôt leur pique-nique si vous êtes sujettes aux nausées. Pensez à avoir un anti-nausées en cas de voisin indélicat (en Angleterre, le curry, les burgers et la manucure sont très courants dans le train).

 

 

Et sur place ? On adopte l’attitude “slow” 

Et sur place, on se détend ! Enceinte, marcher 10 heures sans pause est techniquement impossible et surtout déconseillé.

Si vous optez pour un city-trip (j’ai parcouru Copenhague à pieds pendant 3 jours à 6 mois de grossesse), alors pensez à faire des pauses régulièrement, sur un banc pour admirer le paysage, mais aussi pour prendre un thé, un gouter… Toutes les excuses sont bonnes! Le soir, un bon bain de pieds à l’eau froide et un massage avec une huile anti jambes lourdes, et vous serez comme neuve!

Il faut aussi accepter d’écouter son corps : à Sorrento j’ai souvent payé l’ascenseur qui menait au port au lieu de crapahuter les marches, à Copenhague j’ai diné plus tôt et apprécié un film à l’hôtel au lieu d’un dernier verre dehors, à Lanzarote le programme était exclusivement basé sur le repos avec de longues siestes l’après midi entre 2 baignades.

Profitez, prenez soin de vous, avoir un enfant ne rime pas avec arrêt des voyages! La grossesse est peut-être le moment de voyager autrement, en adoptant un mode de vie plus “slow”. Vous avez prévu un voyage à New-York ou Tokyo ? Repérez des quartiers incontournables quitte à faire l’impasse sur le city-tour de 12h par jour.

Explorez les cafés, les parcs, et pourquoi pas une petite sieste en fin de journée à l’hotel avant le diner ? Un massage ou un spa peut être une activité géniale pour prendre le temps de se relaxer tout en découvrant une autre facette de la ville.

Choisissez des restaurants conseillés par des guides, blogueurs ou internautes (Yelp), et évitez tout endroit qui vous semblerait douteux. Consommez idéalement de l’eau en bouteille et lavez bien les fruits et légumes avant de les consommer.

Pensez à avoir une liste des hôpitaux sur place, et si besoin le contact d’un médecin parlant français ou anglais (voir sur les sites des ambassades).

Voyager en étant enceinte marquera des souvenirs magique dans votre esprit : les premiers coups de bébé par exemple, mais aussi de belles histoires à raconter à son enfant dans quelques années.

 

14068231_1103300746424630_1623243040243092991_n

 

Vous avez des questions ou des conseils pour voyager sereinement tout au long de la grossesse ? N’hésiter pas à les partager en commentaires!

expatriation, Lifestyle, Voyages & Adresses

Croire en ses rêves et changer de vie

21 July 2016

 

Si j’avais du écouter toutes les personnes qui ont tenté de me décourager ces dernières années, je pense que je serais encore sur le canapé de mon appartement parisien à rêver la vie des autres.

Combien de fois avez vous pensé : “Je rêve de le faire, mais c’est trop compliqué ” ?  Je reçois souvent des commentaires ou messages de personnes souhaitant habiter à l’étranger, voyager ou réaliser un projet, mais qui ne savent pas comment démarrer leur projet.

Evidemment qu’un projet se réfléchi, et qu’il est toujours plus prudent de prendre en compte toutes les éventualités avant de se lancer, mais la chose la plus importante est de se focaliser sur les solutions et non les freins. Je m’explique : à la question “Je rêve de déménager au Japon”, les réponses ne peuvent pas être : mais ce n’est pas possible car j’ai 2 enfants, 100 euros de côté, 2 chats, et que je ne parle pas japonais.

Pensez toujours que chaque problème peut trouver sa solution. En étant motivé(e), débrouillard(e), curieux(se), et surtout en se projetant dans le futur, il est possible de réaliser ses rêves.

Quand j’ai démarré le projet de partir vivre à l’étranger, j’avais moi aussi des freins : 2 chats, un mari qui souhaitait poursuivre sa carrière, très peu d’argent de côté, et une santé moyennement accommodante.

La première étape a été de discuter autour des destinations qui pouvaient correspondre à notre couple et nos ambitions professionnelles, et ensuite de regarder quelles étaient les conditions d’obtention de visas.

Ensuite, de chercher les meilleures options pour obtenir ce visa : quels contrats, quels organismes, mutation possible ? changement d’entreprise ?

Une fois le type de contrat trouvé, il a fallu postuler et postuler encore. Plus de 500 CV ont été reçus pour le poste que je visais aux Etats-Unis, et j’ai du moi même en envoyer autant pour trouver mon job. Des refus, il faut se préparer à en essuyer, des remises en questions, des gros moments de doutes, mais si vous avez un objectif, votre motivation doit être le seul moteur.

Une fois le job obtenu (champagne!), toute la partie logistique, administrative et économique est arrivée, aussi désagréable qu’excitante. Chercher un appartement sur Google Maps en croisant les doigts que la ville vous plaira.

Mais sans prise de risques, sans échecs, sans peurs et sans doutes, vous n’irez nulle part. Si votre objectif est de quitter votre job pour devenir votre propre patron, travaillez dur, prenez le temps de définir votre projet, et étudier toutes les opportunités!

Si vous rêvez d’une carrière artistique, travaillez fort, soyez humble et n’ayez pas peur des critiques!

Si vous voulez faire le tour du monde, économisez le moindre centime, gardez votre objectif en tête, abreuvez vous de documentaires de voyage pour préparer votre départ!

Mais surtout, ne commencez jamais par dire “Mais ce n’est pas possible parce que … ” Evidemment qu’il existe des projets plus accessibles que d’autres, alors pourquoi ne pas les découper en étapes ? Le tour du monde peut commencer par un voyage de 2 mois, une carrière artistique par des cours du soir ? L’essentiel est de nourrir votre passion, et avancer sur la bonne voie.

 

En vivant à l’étranger, j’ai réalisé combien il était important de ne pas vivre par procuration, et avoir des regrets. Regarder la vie des autres c’est bien, mais vivre sa propre expérience n’a pas de prix.

Et aujourd’hui encore, quand on nous dit “Mais avec un enfant, voyager et déménager dans un autre pays va être compliqué!”, on se rend compte à quel point sauter le pas nous a rendu légers et sans limites. Il ne faut pas confondre logistique plus importante avec abandon de ses rêves. Je continuerais à poursuivre mes objectifs tout au long de ma vie, seule et en famille.

 

VOUS êtes votre propre moteur, et ne laissez personne rire face à vos projets. Travaillez sans relâche, projetez vous, relevez vous face aux échecs mais surtout : n’abandonnez jamais!

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Côte Amalfitaine, Italie, Voyages & Adresses

Road trip en Italie #1 la côte Amalfitaine

12 July 2016

En juin dernier, je suis partie 15 jours à la découverte du sud de l’Italie, sur la Côte Amalfitaine, mais aussi à Naples, Ischia et Capri. Je cherchais un coin de paradis pour allier dépaysement, road-trip et détente et je n’ai pas été déçue. 2 semaines de rêve à profiter du soleil, des paysages à couper le souffle, de la gastronomie italienne, de la dolce vita et de l’accueil si chaleureux des italiens.

Pour cette première étape, je vous emmène à la découverte de la côte Amalfitaine, et plus particulièrement de Sorento, Amalfi, Positano et Sant’Agata Sui due Golfi.

 

DSCF4083

 

Questions pratiques 

  • Quel aéroport dessert la côte Amalfitaine, Naples et Ischia ?  l’aéroport de Naples
  • Est il obligatoire de louer une voiture ? Non, mais c’est plutôt (très) conseillé. Des bus circulent entre les villes et des taxi-bateaux, mais pour profiter des villages,  il est beaucoup plus pratique d’être véhiculé. J’ai loué une voiture chez Avis à l’aéroport de Naples pour 15 jours, 191 euros. Prenez une petite voiture type Opel Adam, car les routes sont assez étroites.
  • Est il nécessaire de réserver plusieurs hotels (par étapes) ? Non, les distances sont assez courtes, mieux vaut rester au même endroit idéalement autour de Sorento et se déplacer ensuite en voiture, bateau et train.
  • Hôtel ou location de maison ? Tout dépend du budget, pour 2 semaines j’ai préféré louer une maison dans le sublime village de Sant’Agata où l’on trouve de jolis restaurants, des artisans, glaciers traditionnels, cafés de village, moins touristique mais plus dépaysant. Pour 2 semaines de locations via Home Holidays, le prix était de 800 euros
  • Combien de temps est nécessaire pour découvrir la côte ? 2 semaines / 10 jours pour faire les principales villes de la côte comme Amalfi, Positano, Sorrento et Naples, Capri et Ischia tout en s’octroyant des après-midis plages.

 

DSCF4051

Sorrento, le coeur de la côte Amalfitaine

Sorento est mon coup de coeur sur la côte Amalfitaine, d’abord par sa situation géographie qui permet l’accès en bateau à Ischia, Proccida, et Capri, mais aussi par le train à Naples, et l’ensemble des villages de la cote. Sorrento est une ville de taille moyenne, où il fait bon se promener, faire du shopping, boire un verre en terrasse et manger une glace au citron (la spécialité locale).

La ville est suffisamment petite pour se promener dans les rues principales, et ne rien manquer. Laissez vous porter par la douce atmosphère qui règne dans cette région, où les rues s’animent souvent après 17h. Tous les itinéraires partent de la Piazza Torquato Tasso, les rues commerçantes pour se perdent et gouter des spécialités au Limoncello, où vers le port pour prendre un verre sur un transat ou prendre le bateau vers Capri ou Ischia.

Pour une vue à couper de le souffle, descendez vers la Villa Comunale qui offre un endroit arboré et paisible pour profiter de la mer. La Villa Restobar est un endroit très agréable pour boire un verre et profiter du soleil.

Les escaliers face à la Villa Comunale descendent vers la Marina, où l’on trouve des plages privées (pontons avec transats), et les compagnies de ferrys. Un ascenseur (1€), est disponible pour les personnes ne souhaitant / pouvant pas utiliser les escaliers. Mon conseil ? Si vous êtes véhiculés, la plage de la Marina del Cantone est bien plus agréable et les parasols / matelas bien moins chers, le tout avec une vraie plage, au calme.

En voiture, pensez à vous garer sur les hauteurs de la ville, mon bon plan ? Il y a toujours des places libres Via Degli Aranci, et le centre est accessible en moins de 5 minutes à pieds par la jolie rue de Via Antonino Sersale.

Pour les intolérant(e)s au gluten, sachez que tous les restaurants propose au moins une alternative : des gnocchis, pâtes et même parfois des pizzas. Toutes les cartes proposent des plats végétariens, et il est simple de demander des options sans fromage. Sachez que j’ai toujours eu un très bon accueil dans les restaurants, et profité des délices de la gastronomie italienne. Végétalien(ne)s, une bonne adresse : Mondo Bio, Via Degli Aranci pour un déjeuner haut en légumes.

 

DSCF4047

 

Positano, touristique mais magnifique 

Positano est une merveille sur la côte Amalfitaine, la parfaite ville carte-postale. Pour y accéder, je vous conseille plutôt le bateau, car la route est souvent embouteillée, et surtout les places de parking très chères (5 euros / l’heure). Au final, il me semble plus serein de venir par la mer plutôt qu’affronter les hordes de touristes. Car Positano est très appréciée des visiteurs, et son décor de rêve justifie sa popularité.

A Positano, rangez vos plans, on se laisse porter encore une fois par les rues de petites boutiques et restaurants, la vue sur la mer, les odeurs de jasmin, et son décor bleu-blanc. La ville a été construite sur la côte, ce qui offre une vue à couper le souffle.

Positano vaut largement le coup d’oeil, et mérite une demi journée de visite pour prendre le temps de déambuler dans les ruelles, regarder la vue sur les hauteurs de la ville, et faire une pause déjeuner, glace ou Spritz en terrasse!

Des ruelles commerçantes, vous arriverez à la plage, où il est possible de déjeuner en terrasse. Nous avons choisi de déjeuner en bord de mer au restaurant La Pergola, qui propose des gnocchis délicieux, et de belles pizzas pour un prix plutôt raisonnable, comptez 10 euros par plat.

Comme je fuis généralement les endroits bondés de touristes, une visite d’2h et un déjeuner m’a suffit pour découvrir Positano. Encore une fois, préférez la douceur des plages des villages de la côte, qui offrirons un cadre de rêve et une tranquillité qui n’a pas de prix!

 DSCF4302

Sant’Agata sui due Golfi , le petit bijou

Généralement, vous ne trouverez qu’une demi page dans les guides sur le village de Sant’Agata. Après avoir passé 2 semaines dans cet petit havre de paix, je ne peux que vous conseiller d’y poser vos valises ou au moins d’aller y faire un tour.

Sant’Agata est un village parfaitement situé entre Amafli, Sorento et les plages du Massa Lubrense. Ce qui m’a marqué dans ce village, c’est l’accueil si chaleureux de tous les restaurateurs et commerçants. Loin du tourisme de masse, Sant’Agata a su se préserver.

Le meilleur exemple est le bar du village chez Orlando, où le personnage central est un vieux monsieur qui gère son affaire en famille depuis des décennies. Tout le village s’arrête pour discuter avec lui, refaire le monde et boire un verre. Vous serez toujours accueilli par une bruschetta, des olives, des chips ou un petit gâteau selon l’heure, et surtout avec le sourire. Orlando parle plusieurs langues, car ce qu’il aime avant tout c’est partager avec ses clients!

Et la cuisine de Da Mimi, dans le centre de Sant’Agata ? Evitez peut être d’y aller le week-end quand sa cuisine est débordée, mais j’ai mangé des pâtes délicieuses, et les pizzas avaient l’air tout aussi incroyables. L’endroit est très populaire et vaut vraiment le détour pour un diner al fresco.

Ne manquez pas de gouter aux glaces et gateaux maisons de la patisserie située en face de l’église Chiesa di Santa Maria elle Grazie, sur Corso Sant’Agata. Un père et son fils préparent tous les gâteaux directement sur la place et c’est l’endroit idéal pour gouter aux spécialités locales…  Pour les intolérants au gluten (et les autres), le restaurant Pizzeria EmiliaVia Reola, propose une carte gluten-free très complète avec des pizzas à tomber dans un cadre familial.

Une bonne adresse pour déjeuner en terrasse Da Cardillo, Via dei Campi qui propose des plats (pizzas, pâtes ou gnocchis) excellents et du choix sans gluten, ou pourquoi pas Lo Stuzzichino, via Deserto pour de délicieuses pâtes à la sorrentina?

DSCF4109

Amalfi, la carte postale

Amalfi a été l’étape la plus longue à partir de Sorrento, environ 1 heure, c’est dire les petites distances qui séparent les villes les unes des autres.

Amalfi située en bord de mer, a donné son nom à la côte environnante. Cette petite ville se visite en voiture, en bus ou en bateau. Pour vous garer, allez jusqu’au parking Luna Rossa qui offre un accès via une voie souterraine piétonne (ultra-pratique) vers le centre-ville. C’est une destination très prisée des touristes, alors comme Positano, une demi journée avec déjeuner suffit.

Posée sur les falaises rocheuses, Amalfi offre un magnifique centre ville, et deux petites plages pour se rafraichir. La cathédrale Duomo d’Amalfi sur la place centrale vaut le détour, et offre un point de départ pour explorer les ruelles commerçantes. Alors, oui on y trouve les mêmes boutiques de souvenirs, Limoncello et spécialisés locales, mais la ville et ses rues pavée reste sublime et incontournable.

Pour déjeuner, j’ai aimé le restaurant Da Maria, Via San Lorenzo D’amalfi qui offre une belle carte de salades, pizzas, pâtes et gnocchis. Cuisine super fraîche, décor typique et chaleureux et prix très raisonnables (30 euros à deux, plats, boissons et desserts compris). D’Amalfi il est possible de prendre un bus pour aller visiter Ravello, l’arrêt de bus se situe juste en haut des 2 plages, vous ne pourrez pas le rater!

DSCF4098

Marina del Cantone, les parasols loin des touristes

Mon coup de coeur pour profiter d’après midi à la plage sans me coller aux hordes de touristes, est la Marina del Cantone. Située à 15 minutes de Sant’Agata sui due Golfi, ce petit village du Massa Lubrense offre des plages au calme, avec parasols et matelas pour 12 euros la journée.

Je suis restée fidèle à la plage l’Africano, où personne ne viendra vous embêter pour consommer ou manger une glace, le wifi est gratuit, les toilettes et cabines pour se changer ultra-pratiques, et la vue magique pour bouquiner à l’ombre.

 

 

Je garderais un souvenir haut en couleurs, sensations et odeurs de la côte Amalfitaine, qui mérite entièrement sa popularité. Prochaine étape, les îles de Capri et Ischia à découvrir très prochainement sur Biobeaubon.

N’hésitez pas à partager vos impressions et bonnes adresses sur la côte Amalfitaine! 

DSCF3911

expatriation, Lifestyle, Voyages & Adresses

Mes 10 meilleures expériences en expatriation

2 June 2016

 

Le 1er juin, j’ai fêté officiellement mes 3 ans de vie de nomade! 3 ans à l’étranger, de voyages, de trains, d’avions, mais surtout d’expériences marquantes.

Je vous propose de découvrir mon top 10 de mes meilleures expériences en expatriation : passage du permis de conduire, musical à Londres, anniversaire à Manhattan… c’est l’heure du bilan!

 

 

 

Obtenir le permis de conduire aux Etats-Unis

FullSizeRender

Le permis de conduire et moi, c’est une grande histoire. En préparant mon projet d’expatriation, je me suis inscrite à l’auto-école en France pour apprendre à conduire. L’auto-école était absolument nulle, je détestais cette situation “prof-élève”, bref, un cauchemar. J’ai quand même passé mon code, et 25 heures de conduite, mais à 1 mois de mon départ et face à une entreprise moyennement honnête, j’ai décidé de finir de passer mon permis aux Etats-Unis.

Me voilà au DMV en Virginie, en short et tongs au mois de juin, à passer mon code après avoir réglé 12$ à la caisse. J’avais bien potassé l’examen que j’ai passé sans fautes (victoire). S’en est suivi 3 mois de conduite accompagnée avec mon mari (la fausse bonne idée), pour revenir passer l’examen, toujours en short, faire le tour du pâté de maison, jouer avec les phares et les clignotants, et faire une jolie photo.

Je conduis partout depuis maintenant 3 ans, et je dois dire que j’adore ça, avec mon super permis américain depuis converti en permis français. Un jour je vous raconterais mon périple pour l’échanger d’ailleurs!

 

 

Le premier road-trip vers New-York

unnamed-17-940x702

New-York c’est la première ville des Etats-Unis que j’ai découvert en 2011 et je savais à ce moment précis que je reviendrais vivre aux Etats-Unis!

New-York – Washington DC c’est environ 4 heures de voiture, et le fait de pouvoir prendre ma voiture ou un bus pour vers Brooklyn me fascinait. La route n’est pas particulièrement jolie, principalement de l’autoroute, mais l’arrivée avec la vue sur la baie de Manhattan est mythique, comme rouler les rues de New-York où tout ressemble à un film.

Du coup, j’ai réitéré l’expérience peut-être 15 fois, pour un week-end ou un rendez vous parfois, et New-York reste ma ville favorite au monde, celle qui me jette toujours des étoiles dans les yeux.

Relire mes articles sur New-York

 

 

Les dimanches vignobles & blue grass en Virginie

IMG_8722

La Virginie est un état magnifique, bordé de lacs et de forêts mais aussi de vignobles! Si les lieux sont idylliques, le vin est un peu moins bon, mais je me souviens d’une journée noire où nous avions passé des heures à batailler en vain pour un problème administratif et finalement décidé d’aller boire un verre dans un vignoble.

La personne en charge des dégustations adorait la France, et connaissait un peu mon mari, et a fini par nous faire déguster tous les vins de la maison. Quelques crackers pour éponger et les yeux cachés dernière une paire de lunettes de soleil, nous avons passé l’après midi à discuter avec le propriétaire français en écoutant un groupe jouer du bluegrass. C’était ma-gi-que!

Relire mes articles sur la Virginie

 

 

 

Faire visiter Washington et sa région à ma famille

DSCF2145

Ou plus précisément à mon père! Voir sa famille tous les 6 mois ou plus est le côté complexe de la vie à l’étranger, du coup mon père qui travaillait au Texas pendant quelques jours à réussi à venir nous voir à Washington. J’ai passé 3 jours à faire la visite avec  lui des Air and Space Muséums (celui de Virginie est incroyable), Capitole, White House, Cimetière d’Arlington, Georgetown…

C’est assez chouette de connaître assez bien une région pour proposer un voyage sur-mesure à sa famille, j’ai pu passer du temps privilégié, apprendre des tas de choses sur l’aviation, et me rendre compte que vivre loin valait le coup juste pour ses moments là!

 

 

 

Traverser les Etats-Unis et le Canada pendant l’été indien

unnamed-19

Et en sifflotant la vieille chanson de Joe Dassin, oui, c’était obligatoire. Pour mon anniversaire, nous avons pris la route direction Montréal, à environ 10 heures de Washington. En octobre, les routes sont bordées d’arbres de toutes les couleurs : rouge, orange, vert et jaune. Je rêvais de voir le Canada pendant l’été indien et croyez moi, je n’ai pas été déçue, le paysage était à couper le souffle. A la frontière nous avons découvert une petite station service et son restaurant figé dans les années 80. Le road-trip de film, dans mon vieux 4×4 confortable à chanter à tue-tête!

Relire mon article sur Montréal

 

 

 

Fêter mon anniversaire dans un penthouse à Manhattan 

photo-144

Le soir de mes 26 ans démarrait plutôt bien, après des vidéos de mes proches,  une promenade à Coney Island, et un diner chez Candle 79 le meilleur restaurant vegan que je connaisse, un ami français nous a invité à le rejoindre dans une soirée privée de l’Upper East Side.

Surprise en arrivant, nous étions en fait dans un penthouse magnifique sur les toits de Manhattan, avec un barman et des chouettes cocktails. J’ai célébré mon 26e anniversaire dans ce lieu improbable, à boire un verre en regardant New-York cette ville qui ne s’éteint jamais.

 

 

 

Fêter le nouvel devant un musical à Londres

photo-1421

Pour le nouvel an, toute ma petite famille nous a rejoint à Londres pour visiter la ville et passer le nouvel an. J’avais réservé des tickets pour voir un musical à Soho, et ce fut une soirée assez incroyable : places au premier rang, musical burlesque incroyable ponctué de pause gin-tonic (à l’anglaise), suivi d’un diner dans un beau restaurant thaï. Les comédies musicales de Londres sont à la hauteur de Broadway, il existe ici une folie du musical. Les rues de Soho sont bordées de théâtres et d’affiches de spectacles.  Je ne connaissais pas vraiment Londres à ce moment là, mais sortir dans les rues de Leicester Square à minuit pour voir le feu d’artifice, recevoir des “Happy new year” de tous les passants, c’était un superbe souvenir à notre arrivée!

 

 

 

Découvrir la Gambie 

G4

Mon voyage en Gambie restera un souvenir incroyable! Les anglais et les français ne voyagent pas vers les mêmes destinations et on croise finalement peu de français vers Lanzarote ou en Gambie (contre les Baléares et le Sénégal). J’y ai découvert un pays sublime, des paysages de rêves, une faune et flore protégées. J’ai pu faire de la pirogue sur le Makasutu, voir des centaines de singes en liberté, marcher des heures sur la plage à refaire le monde.

J’ai rarement été aussi dépaysée lors d’un voyage, et je me rend compte que je n’aurais peut être jamais eu l’idée de partir visiter ce pays si je n’habitais pas en Angleterre. Revenir en Europe, m’a permis de voyager ailleurs que sur le continent américain, et découvrir l’Afrique de l’Ouest ou repartir en Asie font partie de mes expériences marquantes depuis mon arrivée à Londres!

Relire mon article

 

 

Réaliser mon rêve en allant à Lanzarote

IMG_5749

Cela fait plusieurs année que je rêve d’aller à Lanzarote, les paysages lunaires m’ont toujours fascinée : les volcans, les plages multicolores et l’ambiance magnétique. L’an dernier après une année riche en émotion, j’ai posé mes valises pendant presque un mois sur l’île des Canaries. J’ai découvert une île incroyable et surtout singulière, où la nature est encore protégée du tourisme de masse. En arrivant, j’étais physiquement moralement fatiguée après une année éprouvante, mais l’énergie de cette île m’a tout simplement guérie. On m’a souvent raconté qu’il existait une énergie particulière, peut être due aux volcans, mais pour l’avoir expérimenté les ondes sont particulièrement fortes à Lanzarote. J’ai hâte d’y retourner pour profiter de cette belle énergie!

Relire mon article

 

 

Me sentir enfin londonienne 

img_4247

Plus qu’un moment particulier, la sensation de rentrer à la maison que je ressent en arrivant à l’un des aéroports de Londres. C’est assez étrange de ne plus me sentir chez moi à Paris où j’ai vécu 12 ans, mais à Londres où je vis depuis un an et demi. En 3 ans , j’ai déménagé de mon pays natal pour vivre dans 2 pays différents, et culturellement très différents. Pendant longtemps, j’ai identifié la France comme “maison”, même si je reste française et que mes attaches se situent en France, j’ai construit beaucoup de choses solides depuis mon arrivée à Londres. Je me sens chez moi, même si cette ville m’étonne tous les jours. C’est assez doux d’expérimenter un sentiment de confort, même si je sais que d’autres destinations m’attendent! 

 

 

Partagez aussi vos plus belles expériences de vie à l’étranger ou de voyageuse/r en commentaires! 

Angleterre, Etats-Unis, expatriation, Voyages & Adresses

3 ans d’expatriation entre Washington DC et Londres!

16 May 2016

 

Dans quelques jours je fêterais mon 3e anniversaire de vie en expatriation. C’est le moment de faire le bilan sur ces 3 années intenses et incroyablement enrichissantes, et surtout de regarder l’avenir : ici, ailleurs, en France ?

 

Partir mais comment ?

Je cherchais une opportunité d’aller vivre à l’étranger depuis plusieurs années. La plupart des élèves de mon master avait vécu un échange universitaire ou un stage à l’étranger, mais de mon côté, j’avais mis l’accent sur 5 ans d’études en apprentissage et des concours pour intégrer les écoles qui m’intéressait.

Il a fallu réfléchir à la meilleure formule pour partir, je cherchais avant tout une  sécurité financière (je suis indépendante depuis ma première année d’études), et cette expérience devait être enrichissante autant personnellement / professionnellement pour mon mari et moi.

Le PVT ne me correspondait pas, trop complexe à gérer pour continuer une carrière professionnelle, j’ai donc opté pour le VIE. Le VIE est un contrat pour les moins de 28 ans qui permet de travailler entre 12 et 24 mois à l’étranger, et qui offre de belles perspectives professionnelles ainsi qu’une sécurité sociale et administrative (plus d’info ici).

Sauf que des VIE en communication ou marketing, il y en a très peu. J’ai donc postulé des mois et des mois en Asie et aux Etats-Unis. Et un jour, alors que j’assistais à un concert, j’ai reçu un email d’une entreprise pour laquelle j’avais déjà travaillé, me proposant un entretien pour un VIE en marketing près de Washington DC.

Je ne pourrais pas expliquer le pourquoi du comment, mais je savais que cette opportunité était la bonne. Après un petit détour sur Google Maps pour savoir où était situé la Virginie, j’ai préparé mes entretiens dans l’objectif unique d’avoir ce poste.

3 mois plus tard, visas en poche, et 2 CDI remerciés, toute ma petite famille décollait pour Washington Dulles Airport, sans savoir où nous allions mettre les pieds et à quoi allait ressembler notre nouvelle vie.

Je ne remerciais jamais assez mon mari de m’avoir fait autant confiance, car même si il travaille pour une entreprise qui lui permet de s’expatrier très facilement, il n’était absolument pas sur d’obtenir un permis de travail une fois sur place.

 

unnamed-17

 

Direction Washington DC

Beaucoup de personnes vous décrirons l’expatriation comme : une lune de miel: cette période où l’on se sent en vacances et tout parait idyllique, puis une phase de doutes et finalement l’adaptation à cette nouvelle vie.

De mon côté, je doute à chaque arrivée dans un nouveau pays. Les 2 premiers mois ne sont jamais faciles, et je me demande toujours si j’ai fait le bon choix, si j’aime vraiment le pays où j’ai décidé d’habiter. Et ce sentiment passe, on trouve de nouvelles habitudes, et l’excitation à l’idée de construire une nouvelle vie prend le dessus sur le reste.

Cette première expérience a changé ma vie. J’ai appris tellement de choses aux Etats-Unis, sur ma personnalité, mon couple, ma famille, mes amis. Tout pourrait sonner très cliché, mais quand on vit à l’autre bout du monde avec son compagnon, loin de tout et tout le monde, notre vision du monde changement complètement.

J’ai appris que peu importe les problèmes il y avait toujours une solution. J’ai appris à oser, à tester des choses, à me planter et à m’ouvrir aux autres.. Quand on vit loin de son cadre de référence, il faut se réinventer.

J’ai osé être moi même, m’affirmer, et changer de vie pour une vie plus simple et plus éthique. A force de vivre au même endroit on emmagasine pas seulement de vieux objets, mais aussi de vielles croyances et des habitudes qui nous collent à la peau. Et même si sauter dans le vide peut faire peur, c’est la meilleure manière de prendre un nouveau départ.

Aux Etats-Unis j’ai découvert une culture que je ne connaissais pas, loin des clichés du tourisme et des médias. J’ai vécu près de 2 ans de voyages sur la côte Est, du Canada à Miami, moi qui connaissais seulement la côte ouest et New-York. Et j’ai trouvé des vrais amis, des gens qui n’ont jamais hésité à nous ouvrir leur porte.

Cette première expatriation a été aussi un moment très délicat dans ma vie personnelle, où j’ai du faire face à mon endométriose, mais tout ça m’a renforcé ma vision de la vie positive et optimiste, il y a toujours de belles choses même dans les périodes complexes.

C’est après 18 mois dans un cadre idyllique que nous avons quitté les Etats-Unis pour Londres pour vivre une nouvelle aventure. Pourquoi Londres ? Nous souhaitions continuer à vivre dans un cadre anglophone. Pour devenir complètement bilingue, il faut plusieurs années en immersion.  Ensuite, nous avons tous les 2 reçus une proposition pour continuer nos jobs respectifs dans la capitale anglaise, il ne nous en fallait pas plus pour repartir.

 

unnamed-16

 

London calling!

Et nous voilà à Londres, depuis maintenant 18 mois. Pratiquement autant de temps qu’aux Etats-Unis d’ailleurs. C’est amusant mais je pensais vivre une vie plus sereine en venant ici, avec la proximité de ma famille, et l’angoisse en moins sur les visas.

Mais je crois que je ne suis décidément pas faite pour vivre sereinement, où alors pas maintenant. Londres n’a pas été un coup de coeur immédiat : arriver en hiver quand la lumière manque, et quand vous avez pris l’habitude de vivre aux Etats-Unis est un nouveau choc culturel. Mais une fois cette (habituelle) période passée, j’ai appris à aimer cette ville. En anglais on différencie love et like. J’utiliserais love pour Londres.

Cette ville est incroyable, offre des milliers de possibilités, ici un peu comme à New York tout semble possible. J’aime découvrir de nouveaux endroits toutes les semaines. J’adore le fait de trouver des parcs immenses, des forêts et des lacs en plein centre ville. Les quartiers sont incroyablement différents, avec des cultures très marquées. Plus que tout, j’aime l’ouverture d’esprit et la diversité qui règnent ici.

Même si Londres est une ville exigeante, j’aime son côté ambivalent : culture posh et punk, les grattes ciels de la City et les petites rues bordées de maisons colorées, les anglais ultra sérieux au travail et complètement dingues dès la sortie de bureau. Ici, on ne se juge pas au premier coup d’oeil et sourire ou parler à son voisin est autorisé.

Et revenir vivre en Europe c’est aussi avoir la chance de pouvoir voyager plus facilement : j’ai enchainé les beaux voyages entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

Partir habiter à Londres à été un choix positif dans nos vies et je me vois rester ici quelques temps encore. J’ai quelques beaux projets qui arrivent et qui risquent de changer beaucoup de choses dans mon quotidien, mais cette ville m’a permis de les réaliser, de poser mes affaires, prendre une grande respiration et me lancer dans le vide.

 

unnamed-21

 

Et la suite ?

On me demande souvent si je pense à revenir vivre en France et ma réponse est non. Après 25 ans en France et près de 15 ans à Paris, j’ai l’impression d’avoir fait le tour des choses. J’adore mon pays, j’aime revenir voir ma famille, mais je ne me vois plus évoluer en France pour le moment. Peut être qu’un jour, une opportunité nous fera changer d’avis, mais vivre à l’étranger nous a rendu plus curieux, forts et matures.

Je suis fière de voir le chemin parcouru entre les premiers pas hésitants dans mon bureau américain, où je paniquais de devoir animer une réunion en anglais, et aujourd’hui où je me sens vraiment à l’aise dans les 2 langues.

La suite pour le moment elle est ici à Londres, parce qu’un an et demi ce n’est que le début de l’aventure et qu’il faut parfois savoir poser un peu ses valises pour construire des projets. Et ensuite ? Ailleurs surement, il y plusieurs destinations qui nous trottent dans la tête, et vivre loin de la France depuis 3 ans (surtout après les Etats-Unis) nous a appris à construire un projet d’expatriation. Je me lance dans l’apprentissage de nouvelles langues pour préparer le terrain, j’ai démarré le coréen, et le chinois et l’espagnol serait aussi utile. C’est bon de ne pas être pressée et prendre le temps sans bruler les étapes.

Partir vivre à l’étranger donne des ailes. Rien ne me semble impossible aujourd’hui : vivre à l’autre bout du monde, affronter des épreuves, changer de pays, travailler dans une autre langue, ne pas voir mes proches pendant de longs mois. Cette liberté a été difficile à gagner, mais je ne sens pas de revenir en arrière. Une fois débarrassée de ce carcan d’habitudes vieilles de plus de 25 ans, j’ai pu avancer vers l’avenir. Je vais bientôt fêter mes 30 ans, et je n’ai pas peur de regarder devant moi et me dire que avec du travail et un peu de courage, on peut réussir ses rêves.

 

unnamed-19

 

Relire mes articles sur l’expatriation 

 

 

 

L’expatriation vous tente ? Vous habitez ou avez habité à l’étranger ? Partagez vos expériences, je suis curieuse d’avoir vos avis sur ce sujet passionnant!